Partagez | 
 

 Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


Mon trésor, mon rayon de soleil, ma vie.


potins : 454
âge : 34 ans
statut civil : Aussi libre que pris. C'est assez compliqué.
quartier : Downtown
profession : Photographe rêveur de carrière, accumulateur de petits boulots, prof de Karaté
pseudonyme : Christopher Trapper
célébrité : Charlie Bewley
double compte : Wolfe Backergham
copyright : ALLES



MessageSujet: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 16:51


Christopher Trapper




 
Avant de vous en dire plus sur moi, vous devez savoir que j'ai 34 ans et que je suis né à Newcastle. Je suis donc australien. Il faut aussi que vous sachiez que je suis à moitié célibataire et que j'ai 1 enfant. Pour remplir mes journées, je suis actuellement photographe qui cherche à se faire un nom, prof de Karaté et jongleur avec des petits boulots et pour l'instant, je n'ai pas vraiment à me plaindre. Oh ! J'oubliais, il y a 4 ans, pour être plus précis en 2011 je me suis installé dans le quartier de Downtown et j'y coule des jours heureux... ou pas !
No Reason To Cry
    Lover's Touch  
    Damaged By Love    
    Wake Up Time

We all have a story to tell

La vie n'est pas un roman déjà rédigé. On ne s'amuse pas à en tourner les pages en lisant bêtement ce qu'elles contiennent. Notre vie est un livre vierge, fait de pages blanches, que l'on remplit au fur et à mesure. Ce sont des surprises, des événements inattendus qui l'enrichissent. Rien n'est jamais prévisible à l'avance. Enfin pour ma part c'est le cas.

Je suis né à Newcastle en Australie, à 160 km de Sydney. On pourrait voir ça comme un cliché, mais durant toute mon enfance là-bas, j'ai passé le plus clair de mon temps à surfer et maîtriser les vagues. La plage était mon domaine. Quand le temps ne s'y prêtait pas, je courrais sur le sable. J'ai toujours été un grand sportif. Au grand dam de mes géniteurs.
On ne peut pas dire que l'école me plaisait beaucoup, mais j'y allais quand même et rapportais des notes convenables à mes parents qui me voyaient devenir trader ou avocat à New York. Une idée folle, je vous l'accorde. Je sais même pas d'où elle pouvait venir d'ailleurs. Non moi j'étais plutôt physique. Je n'avais clairement pas la carrure de futur homme d'affaire.
Mon père était chercheur en biologie, et ma mère critique littéraire. C'était bien simple, il y avait toujours une pile de livres qui traînait quelque part dans la maison. Mon frère Cooper, d'un an et demi mon aîné aspirait à devenir ingénieur. Une fierté pour nos parents. Pour ma part, j'étais un peu moins sûr de mon orientation. Je n'étais pas comme mon frère pour ça. D'ailleurs on ne se ressemblait pas tellement, mis à part physiquement. Lui était plus intellectuel, réfléchi. Ce doit être pour ça qu'on a jamais été réellement proches tous les deux.

Durant mon adolescence, mon père fut muté à Boston, entraînant toute sa famille avec lui. Au final ce n'était pas si mal, les universités y étaient mieux là-bas. Mais évidemment, les vagues et le climat de l'Australie me manquaient.
Je me suis lancé dans des études de droit, qui ne m'ont pas tellement plu. Alors je me suis orienté vers la gestion. Une fois encore, ce n'était pas vraiment mon domaine, mais j'ai été suffisamment doué pour décrocher mon diplôme. De quoi remonter dans l'estime de mes aïeuls, mais de mon côté, je n'étais pas plus emballé que ça.
Finalement, j'ai réussi à trouver un poste comme contrôleur de gestion dans une entreprise, où j'ai rencontré Autumn, la femme de ma vie. J'en avais vécu des aventures amoureuses, mais elle était la seule avec qui je me voyais faire ma vie.

Je n'aimais pas mon métier. J'en étais arrivé au stade que je voulais à tout prix éviter lorsque j'étais enfant. J'étais devenu un homme à costard, principalement derrière un bureau. J'avais en quelque sorte réalisé le rêve de mes parents. Mais je savais pourquoi je me levais, l'amour me donnait la force nécessaire pour continuer. Je savais que chaque jour, je verrais mon grand amour.

Malgré le fait que mes géniteurs vivaient dans la même ville que moi, j'ai décidé de prendre mon indépendance en déménageant dans un appartement. Ils arrivaient à me mettre la pression continuellement sans même s'en rendre compte. Autumn a emménagé avec moi huit mois plus tard. C'était assez grand pour deux. Et puis cinq mois après, je lui ai demandé sa main. Elle a accepté et nous nous sommes marié dans la même année.
Un an plus tard, elle m'offrit une magnifique fille, Meadow. A 29 ans, j'étais père d'un petit trésor.

Mais ma vie n'était pas déjà toute écrite. J'en avais de plus en plus assez de mon boulot. Autumn avait pris un congé maternité, alors j'étais le seul à gagner un salaire. La pression montait dans l'entreprise. Je ne me sentais plus à ma place – comme si ça avait été le cas un jour. Je commençais sérieusement à perdre mon sang-froid, et puis mes parents ne cessaient de me répéter qu'il fallait que je trouve une entreprise plus prestigieuse. Avec toute cette accumulation, notre relation de couple semblait se détériorer malgré la présence de Meadow.

Un beau matin, j'ai pété les plombs, j'ai tout lâché. Mon boulot, ma famille, ma vie. J'étais au bord de la rupture, je ne savais plus du tout où j'en étais. J'ai quitté Boston sur un coup de tête, pour aller vivre en Caroline du Sud. Le climat était différent de l'Australie, et bien que j'aimais mon pays natal, il me fallait un changement total. Là-bas, l'atmosphère n'était pas non plus la même qu'à Boston.
Meadow n'avait qu'un an quand je suis parti. Mais je ne l'ai pas abandonné. J'ai demandé la garde alternée. Malheureusement ça n'a pas été aussi facile. Ma rupture avec tout ce qui faisait partie de ma vie causa d'énormes disputes. D'abord avec mes parents, et puis bien sûr avec Autumn qui ne comprit pas ma décision. Même si nous étions en train de traverser une période difficile, notre amour ne semblait pas perdu. Mais j'avais besoin de m'éloigner de tout. Ainsi, elle m'accusa d'irresponsabilité et d’immaturité. Après tout, elle avait raison. Je laissais tout derrière moi pour tourner une énorme page de ma vie. Mais ma fille comptait bien trop à mes yeux pour qu'elle subisse le même châtiment. Avec des avocats, nous avons fini par conclure que je pourrais obtenir la garde de ma fille un week-end sur deux. C'était toujours mieux que rien.

Cela fait quatre ans à présent que j'habite à Silverdell. J'ai voulu faire en sorte que cette ville fasse de moi un homme nouveau, et elle a plutôt bien réussi. Je suis devenu beaucoup plus libre, de mes actes, de mes envies, de tout. Mon adolescence perdue à être trop sérieux et assez bridé à cause de mes parents m'a rattrapé. Comme l'a si bien dit Autumn, je suis devenu irresponsable. En même temps il faut me comprendre. J'ai toujours suivi la volonté de mes aïeuls, pour devenir ce qu'ils voulaient que je sois. Ils voulaient un fils intellectuel et non sportif. Je me suis perdu en cours de route. Mon identité a été détruite pour faire de moi une machine répondant aux exigences de ceux qui m'avaient donné naissance. J'avais du abandonner mes principes, mes passions, tout ce qui faisait de moi ce que je suis réellement. Il fallait que je me reconstruise, depuis le début.

Pour commencer, j'ai acheté un appartement à Downtown, et je me suis mis à chercher du travail. Mais bien sûr, avec les bagages que j'avais, rien ne m'attirait. Pour le plaisir, j'ai ouvert un club de Karaté afin de m'adonner à un sport, enfin, tout en gagnant un peu ma vie. Mais ne donnant que deux cours par semaine seulement, ce n'était absolument pas suffisant. Et puis j'ai fini par manquer d'argent. Entre mon appartement et les charges à payer pour le local de Karaté, il fallait d'urgence que je trouve autre chose. Il m'a été proposé de gérer une agence immobilière. Mais le même schéma se reproduisit. Ce n'était vraiment pas fait pour moi. Alors j'ai jonglé avec des petits boulots. Allant de serveur dans des bars à vendeur dans des commerces… Il fallait que je change régulièrement. La routine était un énorme problème pour moi. Et puis tout ce que je pouvais trouver s'éloigner de ce que j'aimais vraiment.
En fait, une chose me plaisait énormément mis à part le sport, mais évidemment, cela ne permettait pas de vivre convenablement, et mes parents n'auraient jamais compris cette passion. Depuis mes 15 ans à peu près, je suis fasciné par la photographie. Cet art de mettre en valeur tout ce qui se présente à nous, grâce à une lumière spécifique, un angle bien choisi… Inattendu pour un ex-surfer passionné de sport n'est-ce pas ? Mais ça me parlait. Cependant, j'étais bien le seul dans ma famille. Les artistes n'étaient que des bohèmes et des charlatans pour les Trapper. Pourtant, j'ai décidé de me lancer dans ce milieu, à côté de mes nombreux petits-boulots bien sûr. Après tout, j'étais venu ici pour faire ce que j'aimais, qu'est-ce que j'avais à perdre ?

Nous n'avons pas divorcé avec Autumn, probablement parce que ça prend du temps et de l'argent. Et puis en fait on ne l'a jamais envisagé. De son côté, je pense que c'est aussi une part de sentiments. Notre amour n'a pas totalement disparu, mais c'est devenu compliqué.

Aujourd'hui, je m'adonne à la photographie dès que j'en ai le temps, et tente de faire parler de moi un peu partout pour trouver des clients, que ce soit dans l'événementiel, la publicité ou même pour des particuliers. Je donne mes cours de Karaté, je vois ma fille un weekend sur deux. Maintenant qu'elle a 5 ans, on peut partager plus de choses ensemble et c'est absolument génial. Et quand je ne l'ai pas, je profite de l'existence, des soirées, des rencontres et de tout ce que la vie me propose.

& we all have a personality

Quand on ne me connaît pas, on peut penser que je suis rebelle et déjanté. Quand on me connaît… C'est ce que je suis. Cheveux au vent, au volant d'une décapotable sur une route déserte, la radio à fond pour chanter à tue-tête. C'est un peu ça ma mentalité. Après cet électrochoc qui m'a fait péter les plombs et tout laisser derrière moi, ma personnalité est partie avec. Ma fausse personnalité. Maintenant que je vis à Cougartown, je ne cherche plus à me prendre la tête. Je suis un grand gamin. Me faire remarquer ne me fait pas peur. J'aime m'amuser, rigoler et ne pas me soucier du lendemain. A quoi bon penser à ses problèmes quand on a la capacité de les laisser de côté dans notre esprit ? En soirée, je suis le premier à mettre l'ambiance, à boire, à draguer. Parce que oui, je suis devenu le genre de bad-boy qui aime séduire, qui apprécie les aventures, mais qui n'est plus capable de faire durer une relation. Je suis le type qui sait en revanche tout foutre en l'air à un moment ou à un autre. Depuis Autumn, ma plus longue liaison a du durer au plus trois mois. La fidélité, je l'ai perdu avec mon ancien moi. Peut-être qu'inconsciemment, celle que j'ai réellement aimé me hante et m'empêche de la remplacer.
Mon détachement m'a fait faire des choses que je n'aurais même pas imaginer avant. Ça reste flou dans ma tête, mais il me semble que lors d'une soirée, j'avais tellement bu que j'avais fini avec un homme. Le pire, c'est que je ne me rappelle pas avoir passé un mauvais moment en compagnie masculine. Pour autant, je ne me revendique absolument pas gay, mais peut-être cette expérience a-t-elle fait de moi quelqu'un de plus ouvert de ce côté-là. Cependant, cela reste un souvenir vague, je ne sais pas comment je réagirais si cela venait à se reproduire en état de sobriété. J'ai toujours aimé les femmes. Cette aventure avec un homme a été la première, et je ne cherche pas à en avoir d'autres volontairement. Ce que je sais en tout cas, c'est que seule ma fille est capable de me faire redevenir ce père responsable et suffisamment mature pour l'éduquer au mieux. Elle est cette petite lueur qui éteint mon côté répréhensible pour faire briller en moi l'homme que j'ai toujours été avec elle.
En fait c'est ça, je joue les gros durs en apparence, mais quand on passe outre, on découvre tout l'inverse à l'intérieur. Cette carapace me permet de me faire respecter. Elle est née dans cette fameuse boîte à Boston, quand les choses ont commencé à déraper dans tous les sens. Je ne supporte plus de rester sérieux, réfléchi et raisonnable.

Mais sinon, pour éviter de vous effrayer, je peux être le bon pote sur qui compter pour déconner un bon coup et passer des moments de lâcher prise absolus. Je peux être le confident qui restera muet comme une tombe par rapport à vos confessions. Certaines choses peuvent m'échapper, mais je ne rigole pas avec les problèmes les plus sérieux. Je peux être aussi votre coup d'un soir qui ne cherchera pas à vous rappeler le lendemain pour vous demander si notre relation de la veille était sincère et si l'on peut se revoir. Mais attention, je ne saute quand même pas sur tout ce qui bouge et je ne couche pas avec la première venue non plus. Je peux être l'acolyte qui peut venir vous donner un coup de main quand vous en avez besoin (mais seulement quand j'en ai le temps, je ne reste pas dispo h24 pour tout le monde).
En résumé, je suis têtu, persévérant, j'ai un fort tempérament, je suis grande gueule et dynamique, mais je suis pas une si mauvaise personne que ça quand même. Il faut juste me laisser ma chance, même si je ne mérite parfois pas le pardon de tout le monde. Personne n'est parfait, chacun fait des erreurs.

Behind the character

 

   
Sur le net, on m'appelle Jazz. J'ai toujours 202 ans et je viens toujours de France. J'ai découvert YAF grâce à mon premier personnage Razz et m'y suis inscrit(e) car ce nouveau petit bonhomme ne cesse de me prendre la tête. Je serai présent(e) au moins 2 fois par semaine. Je trouve YAF génial et je me réjouis déjà de rp en votre compagnie. J'ai choisi, pour mon personnage, Charlie Bewley et je souhaite ajouter que j'ai hâte de vous en faire voir de toutes les couleurs  ange 2 .

Recensement


Personnage inventé :
Code:
[color=#dc143c]✗[/color] <b>CHARLIE BEWLEY</b> ∙ Christopher Trapper


.........................................
Every day is a new festivity
When your friend offers you the possibility to have a good time, don't refuse. It's the opportunity to forget your problems and decompress like you will must do everyday.



Dernière édition par Christopher Trapper le Dim 14 Fév - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 17:22

Rebienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


Mon trésor, mon rayon de soleil, ma vie.


potins : 454
âge : 34 ans
statut civil : Aussi libre que pris. C'est assez compliqué.
quartier : Downtown
profession : Photographe rêveur de carrière, accumulateur de petits boulots, prof de Karaté
pseudonyme : Christopher Trapper
célébrité : Charlie Bewley
double compte : Wolfe Backergham
copyright : ALLES



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 17:26

Merci ! Razz

.........................................
Every day is a new festivity
When your friend offers you the possibility to have a good time, don't refuse. It's the opportunity to forget your problems and decompress like you will must do everyday.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !



potins : 236
âge : 35 ans
statut civil : dans une relation régulière avec une belle vétérinaire
quartier : Kingston Grove
profession : Gérant du Kingston Coffee
pseudonyme : katie-lexie
célébrité : David Giuntoli
double compte : James, Mike, Julia
copyright : stilinski



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 17:47

Bonne chance pour ta fiche!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


Mon trésor, mon rayon de soleil, ma vie.


potins : 454
âge : 34 ans
statut civil : Aussi libre que pris. C'est assez compliqué.
quartier : Downtown
profession : Photographe rêveur de carrière, accumulateur de petits boulots, prof de Karaté
pseudonyme : Christopher Trapper
célébrité : Charlie Bewley
double compte : Wolfe Backergham
copyright : ALLES



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 17:57

Merci, je l'avais déjà écrite avant en fait

.........................................
Every day is a new festivity
When your friend offers you the possibility to have a good time, don't refuse. It's the opportunity to forget your problems and decompress like you will must do everyday.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 18:05

Rebienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


Mon trésor, mon rayon de soleil, ma vie.


potins : 454
âge : 34 ans
statut civil : Aussi libre que pris. C'est assez compliqué.
quartier : Downtown
profession : Photographe rêveur de carrière, accumulateur de petits boulots, prof de Karaté
pseudonyme : Christopher Trapper
célébrité : Charlie Bewley
double compte : Wolfe Backergham
copyright : ALLES



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 18:07

Merci ! Very Happy

.........................................
Every day is a new festivity
When your friend offers you the possibility to have a good time, don't refuse. It's the opportunity to forget your problems and decompress like you will must do everyday.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 21:10

Re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


Mon trésor, mon rayon de soleil, ma vie.


potins : 454
âge : 34 ans
statut civil : Aussi libre que pris. C'est assez compliqué.
quartier : Downtown
profession : Photographe rêveur de carrière, accumulateur de petits boulots, prof de Karaté
pseudonyme : Christopher Trapper
célébrité : Charlie Bewley
double compte : Wolfe Backergham
copyright : ALLES



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 21:29

Merci beaucoup :618:

.........................................
Every day is a new festivity
When your friend offers you the possibility to have a good time, don't refuse. It's the opportunity to forget your problems and decompress like you will must do everyday.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 22:20

J'adore le perso ! Hâte de voir ce que ça va donner en RP !

En attendant, même si tu n'as pas ta couleur verte tant qu'une admin ne sera pas passée par là...


un cougar en plus dans la ville


Félicitation, tu es  désormais validé(e) te voilà définitivement parmi nous pour ton plus grand bonheur. Afin que ton intégration se passe au mieux parmi nous, voici des petits liens à suivre afin que tu t'y retrouves le plus rapidement possible

Bottin
Si tu veux que ton nom soit bien recensé, merci de suivre ce petit lien :

Tes demandes
Voici les liens afin d'avoir une maison (c'est toujours pratique pour dormir) et aussi pour recenser ton métier et tes études, mais également ta date d'anniversaire  essaye là & ou encore ici.

Tes besoins
Et là enfin, nous te donnons accès à la partie la plus sympathique, les demandes de liens, de rps et de parrain  n'hésites surtout pas à en abuser surtout  par là ou encore ici & et enfin là

N'oublie pas que tu as la possibilité d'avoir un téléphone portable.

Voilà, on te remercie encore pour ton inscription et on te souhaite pleins de supers bons moments parmi nous  

credit : saku's
Revenir en haut Aller en bas


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


Mon trésor, mon rayon de soleil, ma vie.


potins : 454
âge : 34 ans
statut civil : Aussi libre que pris. C'est assez compliqué.
quartier : Downtown
profession : Photographe rêveur de carrière, accumulateur de petits boulots, prof de Karaté
pseudonyme : Christopher Trapper
célébrité : Charlie Bewley
double compte : Wolfe Backergham
copyright : ALLES



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 22:25

Merci beaucoup !!!

J'ai hâte de le lancer aussi

.........................................
Every day is a new festivity
When your friend offers you the possibility to have a good time, don't refuse. It's the opportunity to forget your problems and decompress like you will must do everyday.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 22:44

Rebienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


Mon trésor, mon rayon de soleil, ma vie.


potins : 454
âge : 34 ans
statut civil : Aussi libre que pris. C'est assez compliqué.
quartier : Downtown
profession : Photographe rêveur de carrière, accumulateur de petits boulots, prof de Karaté
pseudonyme : Christopher Trapper
célébrité : Charlie Bewley
double compte : Wolfe Backergham
copyright : ALLES



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   Mar 12 Jan - 22:58

Merci Ellen ! :hello:

.........................................
Every day is a new festivity
When your friend offers you the possibility to have a good time, don't refuse. It's the opportunity to forget your problems and decompress like you will must do everyday.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Contenu sponsorisé
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮   

Revenir en haut Aller en bas
 

Christopher Trapper, où la liberté incarnée ☮

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les chemins de la liberté
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You're About Forty :: 
Bienvenue sur YAF
 :: La dépêche de YAF :: Récupération
-