VOTEZ pour YAF!!!
par ici
Pensez à recenser votre logement et métier.
Pour cela, rendez-vous ICI
Donnez votre avis sur les nouveautés.
Rendez-vous par ICI.
Réagissez suite aux nouveaux articles de notre doyenne.
Pour cela, rendez-vous ICI.

Partagez | 
 

 Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !



potins : 533
âge : 35 ans
statut civil : En couple avec Marley ♥ Papa de deux princesses, Maia & Hazel
quartier : Blossom Grove
profession : Pédiatre
pseudonyme : Lily
célébrité : Jake Gyllenhaal
double compte : Grace Caldwell & Roxy Lyons
copyright : Avatar : katie-lexie ; Sign : Silver Lungs



MessageSujet: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 18:46


Julian Austin Bucklet




Avant de vous en dire plus sur moi, vous devez savoir que j'ai 33 ans et que je suis né à Lafayette, Louisiane. Je suis donc américain, avec des origines cadiennes. Il faut aussi que vous sachiez que je suis célibataire et que je n'ai plus d’enfant. Pour remplir mes journées, je suis actuellement Pédiatre et pour l'instant, je n'ai pas vraiment à me plaindre. Oh! J'oubliais, il y a 1 an, pour être plus précise en mars 2013 je me suis installé dans le quartier de Kingston Grove et j'y coule des jours heureux... ou pas!
No Reason To Cry
Lover's Touch
Damaged By Love
Wake Up Time

We all have a story to tell

Avril 1986 :
« Dites bonjour à votre petite sœur. » souffla doucement Catherine en présentant le nourrisson d’à peine quelques heures à ses trois fils, agglutinés au bord de son lit d’hôpital.
« Une fille ?!? » s’écria Chase, sept ans, un air horrifié plaqué sur le visage. « J’en veux pas. On peut pas la rendre et avoir un garçon à la place ? »
« Non on ne peut pas. » trancha le père de famille en posant une main autoritaire sur l’épaule de son aîné. « Qu’est-ce que tu reproches aux filles ? »
« Ca chouine tout le temps, ça casse les jouets et ça fait rien qu’embêter les garçons. La petite sœur de Joe est une vraie teigne. »
« C’est pas plutôt Joe la teigne ? » questionna son père d’un air sérieux.
« Papaaaa… »
« Moi je la trouve jolie. » Julian, cinq ans et demi, n’avait pas quitté le bébé des yeux une seconde malgré la pseudo dispute entre son frère aîné et son père. A côté de lui, son petit frère, Will, trois ans, hochait la tête avec enthousiasme. « Comment elle s’appelle ? »
« Elizabeth. » répondit sa mère avec un sourire affectueux. Julian sourit, de son sourire en partie édenté, et prit une décision importante ce jour là. Il serait toujours là pour protéger sa petite sœur.

Septembre 1990 :
« Vous avez vu cette bête ? Il est gros, hein ? » s’enthousiasma Charles Bucklet. A ses pieds, un alligator de près de 4 mètres de long, devant peser un peu plus d’une demi tonne, sa plus belle prise de la journée et de la saison. Chase avait un sourire enthousiaste semblable à celui de leur père et Will observait la bête avec une certaine appréhension. Autour d’eux, l’agitation régnait, alors que plusieurs chasseurs revenaient avec leurs prises d’une journée dans les marais.
Julian tenait la main de Peter, le dernier né de la famille, tout juste deux ans et demi au compteur. Le petit garçon semblait particulièrement fasciné par la bête et ne cessait de vouloir s’approcher, tirant sans grand succès sur le bras de son aîné.
« Il est bien mort ? » demanda soudain Will avec toujours une point d’appréhension.
« Bien sûr idiot ! » lui rétorqua Chase en s’approchant du monstre pour l’enjamber et s’asseoir sur son dos. « Un jour, moi aussi je serai chasseur d’alligators ! » s’exclama-t-il fièrement, provoquant quelques éclats de rire parmi les adultes présents.
« Avant ça, travaille bien à l’école. » lui rétorqua son père. « Il s’agit pas d’en avoir que dans les bras, il faut savoir être plus malin qu’eux. »
« Je pourrais venir avec toi l’année prochaine ? »
« Pour que ta mère m’écharpe ? Comptes-y fiston… » lui répondit-il avec ironie.
Julian suivait l’échange en silence. Son père était chasseur, et trappeur. Chaque année en septembre, il chassait l’alligator. Il était un des meilleurs de la région, et ce mois de pêche intensive offrait à la famille leur meilleure rentrée d’argent de l’année. S’ils étaient pauvres ? Pas vraiment, mais ils n’en étaient pas loin. Enfin, l’essentiel était qu’ils étaient heureux comme ça, non ? De toute manière, ils ne connaissaient rien d’autre. Dans le bayou, tout le monde était logé à la même enseigne.

Juin 1997 :
Julian était étendu à plat ventre sur son lit, un bouquin de cours ouvert devant lui, il terminait les exercices facultatifs que leur avait donné leur professeur de math. Chase entra dans la chambre qu’ils partageaient à ce moment là et s’écroula sur son propre lit, de l’autre côté de la pièce. Il faisait une chaleur étouffante et l’air était très humide, mais ils y étaient tous deux habitués. Tandis que Chase commença à lancer une balle en l’air pour passer le temps, Julian poursuivait ses devoirs en silence, n’ayant pas vraiment prêté attention à l’entrée de son frère dans la pièce. Jusqu’au moment où ce dernier brisa le silence.
« Tu veux pas sortir un peu la tête de tes bouquins ? Pour une fois ? »
« J’ai bientôt terminé. » fut la seule réponse qu’il obtint.
« Parfois je me demande si on est vraiment frangins, tellement on est différents. »
« La vie serait trop monotone si on était pareil toi et moi. »
« Sûr que je m’emmerderai si j’étais un intello comme toi. »
« Hey ! D’où je suis un intello ?! » répliqua Julian en lui balançant un coussin en pleine figure. « Et je m’emmerde pas, merci. »
Chase ne semblait pas s’être offusqué d’avoir reçu un coussin, il l’avait d’ailleurs repoussé d’un simple geste du bras. Se redressant, il s’assit sur le bord de son lit pour faire face à son frère.
« Tu devrais venir chasser avec papa et moi cette saison. »
« Contrairement à certains qui ont déjà eu leur diplôme, même si de justesse, j’ai cours en septembre. »
Chase leva les bras et les yeux au ciel avec un soupir exaspéré. « Mon vieux, on croirait pas que t’es né dans le bayou ! Une journée, c’est pas la mort non plus. »
« Tu sais que c’est pas mon truc la chasse… »
« Je sais, je sais… » l’interrompit-il. « … t’es plus comme maman et moi plus comme papa, mais même Jay, ça te changerait un peu les idées. Ton cerveau surchauffe pas à trop réfléchir ? »
Julian n’eut pas le temps de répondre que Liz fit une entrée fracassante dans la pièce, faisant même sursauter Chase de surprise. Le teint rouge, elle semblait énervée et son regard passa rapidement de l’un à l’autre. « A table ! Bougez-vous tous les deux, ça fait trois fois que je vous appelle ! » Et l’instant suivant, leur sœur de onze ans était ressortie de la chambre. Chase et Julian se lancèrent un coup d’œil avant d’éclater de rire de concert.

Avril 2003 :
Julian déverrouilla la porte de la chambre qu’il occupait sur le campus de l’université et s’engouffra à l’intérieur. Son colocataire n’était pas encore là, et ça n’était pas plus mal, il pourrait travailler un peu en toute tranquillité avant la soirée qu’il avait de programmée avec son ami Liam. Posant ses affaires de cours sur son bureau, il se laissa tomber sur son lit avec un soupir fatigué. Il sortit ensuite son téléphone et composa le numéro de ses parents. Ce fut sa mère qui décrocha et après quelques paroles échangées, elle passa le téléphone à Liz. « Joyeux anniversaire crevette. » lui dit-il en guise de bonjour.
« T’as pas oublié ! »
« Est-ce que j’ai déjà oublié ? »
« Nan, mais je sais que t’es très occupé et tout alors voilà. »
« Je serais jamais trop occupé pour penser à toi. Alors, comment c’est d’avoir 17 ans ? »
Leur échange dura une bonne dizaine de minutes pendant lesquelles Liz lui raconta les dernières histoires qui lui étaient arrivées à l’école, mais aussi comment le reste de la famille allait. Tous les deux avaient toujours été très proches, et la distance entre eux n’y changeait rien. Julian avait un lien particulier avec ses deux sœurs, même si, étant donné la différence d’âge importante avec la petite dernière, Molly, qui fêterait ses onze ans cette année là, le lien avec Liz était le plus fort. Encore quelques minutes, et ils raccrochèrent de concert. Julian se redressa alors sur son séant, puis se leva pour s’installer à son bureau, afin de profiter des quelques heures qui lui restaient avant que Liam n’arrive pour le chercher.

Juillet 2006 :
« Je l’aime bien. »
Julian tourna son regard vers sa sœur avec un sourire amusé. Ils étaient installés côte à côte sur les marches du perron, à regarder le marais s’endormir. « Nan vraiment, elle est très gentille, très jolie aussi… et puis j’ai bien vu comment tes yeux brillent quand tu la regardes. » Un coup d’épaule vint appuyer cette remarque taquine. « Il était temps que tu trouves quelqu’un. »
« Comment ça il était temps ? » s’étonna son aîné avec un léger rire.
« T’as vingt six ans cette année, tu rajeunis pas Jay. »
« Traite moi de vieux tant que t’y es. »
« Mais t’es vieux ! » appuya-t-elle en riant tout en lui donnant une tape sur l’épaule.
« Tu vas voir si je suis vieux ! » L’instant suivant, Liz se tortillait sous les assauts de chatouilles de son frère. Elle riait tellement fort qu’on devait probablement l’entendre jusqu’à l’autre bout du bayou.
« Je retire, je retire ! » ne cessait-elle de répéter, jusqu’à ce qu’il cesse, en riant lui aussi. « N’empêche, Chase est déjà marié depuis deux ans, et pour Will c’est prévu l’année prochaine alors… »
« On ne va pas se marier avec Neala. » lâcha-t-il finalement.
« Quoi ?! » Elizabeth semblait sincèrement surprise. « Si tu la laisses filer… » menaça-t-elle soudainement, provoquant un nouveau rire chez son frère.
« Pas de risque. C’est juste qu’aucun de nous n’en ressent vraiment le besoin. On est bien comme on est. »
« Maman va te tuer si tu lui sors un truc pareil. Et t’auras le père Landry sur le dos aussi. Vivre dans le pêcher, tout ça, tout ça… »
« Une chance qu’on vive à La Nouvelle Orléans alors. » plaisanta-t-il doucement.
Derrière eux, la moustiquaire claqua en se refermant, et Julian releva les yeux pour les poser sur Neala. Il lui sourit alors qu’elle s’approchait pour s’installer à côté de lui, glissant son bras sous le sien. « Qu’est-ce que vous vous racontez tous les deux ? »
« Liz me vantait tes mérites. » lui répondit-il avec un sourire alors que sa petite sœur venait lui coller une claque derrière la tête en rougissant.

Octobre 2007 :
« Je suis enceinte. »
« Quoi ?! Tu quoi ? »
Julian observait Neala avec des yeux ronds comme des billes, la bouche ouverte, totalement surpris par la nouvelle qu’elle venait de lui annoncer.
« Je suis enceinte. » répéta-t-elle une seconde fois. « Tu sais, c’est quand une femme attend un bébé... »
« Te fiche pas de moi ! T’es sérieuse ? » Le jeune homme se laissa tomber sur une chaise et se passa nerveusement une main sur le front. Ils se fréquentaient depuis près de trois ans maintenant et avaient emménagés ensemble l’année passée. Ils étaient sûr d’eux, ils s’étaient aimés dès le premier jour, un coup de foudre, un vrai. Ils se ressemblaient, avaient la même vision de la vie.  Mais ce bébé, il n’était pas vraiment prévu au programme. Neala était infirmière et lui était encore interne et ne commencerait sa résidence que l’année suivante. Mais voilà, bébé était là, même si le timing n’était pas parfait. Julian n’arrivait pas à réagir, il ne savait pas s’il était heureux ou pas, il gardait le regard dans le vide sans un mot.
« Tu es fâché ? » finit-elle par demander.
« Fâché ? J’en sais rien... Est-ce que je suis fâché ? » Il tourna les yeux vers elle, comme si elle détenait la réponse à cette question. Neala se contenta de hausser les épaules et il finit par se relever de sa chaise pour s’avancer jusqu’à elle. Doucement, comme s’il n’osait pas la toucher, il posa sa main sur son ventre, soufflant doucement « Je vais être papa ? » avant de relever les yeux pour plonger son regard dans le sien. « Je vais être papa ! » Neala eut un sourire heureux et soulagé et se laissa sans mal emporter par le baiser fougueux qu’il lui donna.

Décembre 2009
« Tu n’étais vraiment pas obligé. » Neala ne cessait d’observer le solitaire en diamant qui brillait à son doigt.
« Arrête de le fixer, tu vas l’user à force. » la taquina-t-il, provoquant un sourire chez sa désormais fiancée.
Elle se tourna vers lui et glissa ses deux bras autour de son cou avant de l’embrasser doucement. « J’espère que ça leur suffira. » soupira-t-elle doucement en calant sa tête dans son cou.
« Non mais regarde nous, réduis à se fiancer pour qu’on arrête de nous parler mariage. Je suis pas certain que ce soit la meilleure stratégie à adopter cela dit. » commenta-t-il, pensivement, laissant ses doigts glisser sur son dos.
« Tu crois qu’ils vont encore plus nous bassiner avec ça ? »
« On verra bien, mais on aura au moins un peu de répit. »
A cet instant là, leur fille Lucy se mit à pleurer. Elle venait de se réveiller. « Parlant de répit… » commenta Neala avec un soupir en se détachant de lui. « Ta fille ne m’en laisse aucun… »
« Ah c’est ma fille maintenant ? » releva-t-il avec un sourire amusé. « Mais reste donc là, je m’en occupe. » Il déposa un baiser sur son front et se détacha d’elle afin de rejoindre l’autre femme de sa vie.

Août 2010
Ils rentraient de chez ses parents, dans le bayou, après un week-end passé là-bas. Le temps n’était pas engageant et ils avaient décidé de précipiter leur départ pour éviter la tempête tropicale qui s’approchait dangereusement. Enfin, Neala avait insisté surtout, elle ne voulait pas rester coincer là, et essuyer une tempête. Elle gardait un très mauvais souvenir de Katrina, où elle avait perdu son père. C’était d’ailleurs peu de temps après qu’ils s’étaient rencontrés tous les deux.

Ils avaient donc pris la route, le vent s’était levé, mais ils suivaient le bulletin météo à la radio et il ne devrait pas y avoir de problème pour rejoindre La Nouvelle Orléans. Enfin, il n’y aurait pas dû en avoir plutôt. La tempête arriva plus vite que prévu, et bientôt, une pluie diluvienne réduisit considérablement la visibilité, alors que le vent faisait tanguer la voiture. Il avait voulu s’arrêter, mais Neala lui avait demandé de continuer. Il roulait bien en dessous de la limite autorisée, mais ça ne l’aida pas quand soudainement, un arbre se coucha devant eux. Il freina brusquement, mais dû donner un coup de volant pour éviter la collision. La voiture glissa, et Julian eut beau s’accrocher au volant, les roues ne répondaient plus. Tout se passa très vite, la voiture fit plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser sur le toit.

Plusieurs heures plus tard, il était dans une salle d’attente d’un hôpital. On lui avait fait quelque points de suture sur le sommet du crâne mais en dehors de quelques bleus il n’avait rien. Mais son monde venait de s’effondrer. Neala avait perdu le bébé qu’elle portait suite au choc de l’accident. Il l’avait rejoint dans la chambre où elle se reposait et c’était là que la deuxième terrible nouvelle était arrivée. Lucy, leur petite Lucy, avait succombé à ses blessures. Elle avait eu un hématome sous-dural, et les secours ayant mis beaucoup de temps à les rejoindre, puis à les ramener à l’hôpital, les médecins n’avaient rien pu faire pour elle. Et maintenant il était là, seul, la tête entre les mains, à essayer de ne pas casser tout ce qui était à portée dans un accès de colère. Il s’en voulait, il avait perdu sa fille, et son bébé à naître, et c’était uniquement de sa faute. Les larmes coulèrent sur ses joues, incontrôlables, et il eut beau les essuyer, elles ne s’arrêtèrent pas de couler.

Décembre 2010
Dire qu’un an plus tôt, il lui avait offert une bague de fiançailles… Quatre mois. Quatre mois que sa fille était morte dans cet accident de voiture. Quatre mois qu’on leur avait annoncé que le bébé que Neala portait n’y avait pas survécu non plus. Quatre mois qu’ils ne se parlaient plus. Ils ne se regardaient même plus. Petit à petit, ils sombraient, incapable de se relever. A chaque fois que Neala passait devant la chambre de Lucy, elle fondait en larmes. Et lui passait encore plus de temps à l’hôpital, pour oublier.
Une tasse de café à la main, le regard vide, Neala fixait la fenêtre sans vraiment la voir. Julian s’installa en face d’elle avec un soupir. Ils se sentent tous les deux coupables pour ce qui est arrivés. Lui parce qu’il était au volant et n’avait rien pu faire face à cet arbre qui s’était couché devant eux. Elle parce qu’elle avait insisté pour qu’ils rentrent malgré le mauvais temps et la visibilité basse. S’ils étaient restés quelques jours de plus, la tempête serait passée et ils seraient rentré tous à la maison. Sains et saufs.
« Neala... Je ne peux plus. »
La jeune femme garda son regard fixé sur la fenêtre mais hocha la tête. Elle avait compris, il n’avait pas besoin d’en dire plus. Elle non plus ne pouvais plus continuer comme ça. Nouveau soupir, avant qu’il ne se lève et vienne déposer un baiser sur sa tempe. Cinq minutes plus tard, il avait pris son sac et quitté l’appartement.

Août 2012
« Je suis contente de t’entendre. Même si j’aurai préféré te voir. »
« Je sais. » A l’autre bout du fil, Liz lâcha un profond soupir qui le fit sourire.
« Tu crois pas que tu t’es assez puni comme ça ? » demanda-t-elle finalement, provoquant cette fois-ci un froncement de sourcils chez Julian.
« Puni ? Tu crois que je me puni en aidant les gens qui en ont besoin ici ? » Il avait rejoint Médecin sans Frontières en janvier 2011, quelques semaines après sa séparation avec Neala. Il avait eu besoin de s’éloigner, d’elle, de l’hôpital, de sa famille… de tout au fond.
« Je crois que tu te punis en t’exilant en Afrique, loin de ta famille depuis un an et demi. Comment tu peux aller mieux alors que t’es seul là-bas ? Tu vas me faire croire que tu vas mieux ? » Elle était inquiète, il pouvait le sentir au ton de sa voix.
« Je vais bien. » répondit-il fermement. « Et je ne suis pas seul. »
« Roh, tu comprends ce que je veux dire. »
« Je vais bien. » répéta-t-il une seconde fois pour tenter de la convaincre, et peut-être de se convaincre également que c’était vrai.
« Si tu le dis… » finit-elle par soupirer. « Tu as des nouvelles de Neala ? »
« Hmm. » Il se rembrunit un peu. Ils avaient gardé contact par mail, mais parler de la mère de ses enfants disparus n’était pas quelque chose qu’il trouvait facile. « Elle a l’air d’aller depuis qu’elle est à Boston. »
« Hey... je suis désolée. »
« C’est rien. Je dois te laisser, j’ai du boulot qui m’attend. »
« Oh, d’accord. Je rappellerai. » Il acquiesça, et après quelques dernières paroles, fini par raccrocher. Julian fixa quelques secondes le combiné du téléphone avant de se redresser. Il avait effectivement du travail qui l’attendait.

Mars 2013
Julian n’arrivait pas à décider s’il était heureux ou non d’être de retour aux Etats-Unis. Il avait vécu pendant deux ans en Afrique et cette expérience l’avait pas mal changé. Ou peut-être était-ce l’accident qui l’avait changé. Au milieu de la rue, Julian jeta un regard autour de lui tout en se frottant la barbe. Il était temps qu’il se rase, ça commençait à faire désordre. Mais après tout, de là où il venait, il n’y avait pas vraiment prêté attention.
Cougar Town semblait être une ville tranquille, elle lui avait été conseillée par l’un de ses collègues à Médecin sans Frontières. Il venait de là et avait encore des contacts à l’hôpital, ce qui lui avait permit de trouver un poste rapidement. Et puis, il y avait Liam. Ils ne s’étaient pas vu depuis des années tous les deux, mais le grand blond s’était installé en ville deux mois plus tôt, et c’était la discussion qu’ils avaient eu à ce sujet qui avait décidé Julian. Ne restait plus qu’à défaire ses maigres bagages et à s’installer…

Avril 2014
« Joyeux anniversaire crevette. »
« Tu compte m’appeler comme ça jusqu’à quand au juste ? Tu sais que j’ai 28 ans ?! » s’insurgea Liz à l’autre bout du fil.
« Tu seras toujours ma crevette. » répliqua-t-il  avec un sourire amusé. « Comment ça va ? »
« Bien. Et toi ? Tu comptes venir nous voir un de ces jours ou je suis censée te chercher pour te ramener par la peau des fesses ? » le menaça-t-elle, provoquant un léger rire chez son frère.
« Peut-être cet été, si j’ai des congés. »
« Ca fait trois ans que j’ai pas vu ta face, en dehors de nos rares rendez-vous sur skype, je veux pas que tu crois que tu me manques mais… tu me manques. »
« Tu me manques aussi. »
« Alors qu’est-ce que tu fous en Floride bordel ?! Rentre à la maison… »
Un soupir lui échappa et il se passa nerveusement une main dans sa tignasse brune. « Je ne peux pas… Je… »
« Ca va faire quatre ans Jay. » murmura-t-elle doucement en réponse. « C’était un accident, il faut que tu arrêtes de te sentir responsable. »
« Je conduisais. » dit-il fermement.
« Tu n’as pas coupé cet arbre ! » répliqua-t-elle sur le même ton avant de se radoucir. « Jay… Moi aussi elles me manquent, mais c’est comme ça. Il faut que tu arrives à tourner la page. »
« Je sais. » C’était toujours plus facile à dire qu’à faire…

& we all have a personality

Deuxième enfant d’une fratrie de six, Julian a appris la patience très tôt. Il en avait bien besoin quand il était chargé de surveiller ses petits frères ou petites sœurs, vu que son aîné Chase n’en avait aucune. C’est un homme responsable, il l’a toujours été. Ce qui le différencie le plus de ses frères ? C’est une tête, il a toujours aimé apprendre et avait plus de capacité que Chase ou même Will, pas étonnant qu’il ait fait d’aussi longues études. C’est un bosseur, il a toujours travaillé dur pour atteindre ses objectifs. A l’université, s’il participait à quelques soirées, il pouvait également s’enfermer des semaines entières à la bibliothèque pour étudier pour un examen important.
Il est plutôt du genre taiseux, préférant écouter que parler. En même temps, avec une famille aussi bruyante que la sienne, ce n’était pas toujours évident d’en placer une, et il a toujours été moins bavard que ses frères et surtout que sa sœur Liz. Ca ne l’empêche pas d’être sociable, il s’est toujours fait facilement des amis.
Il est plutôt empathique, une qualité comme un défaut. Autant ça peut l’aider avec ses patients, qui se sentent bien entre les mains d’un médecin qui se soucie vraiment d’eux, autant il prend souvent les choses trop personnellement. C’est un homme passionné par son métier.
Mais autant il a une image calme, autant il peut se montrer impulsif et faire preuve d’une violence insoupçonnée quand il est poussé à bout. Cela dit, il ne lèverait jamais la main sur une femme ou un enfant.
L’accident et le décès de sa fille l’ont changé. Il est plus sombre et taciturne qu’il ne l’était avant. Il n’en est pas pour autant désagréable, mais une partie de lui est morte en même temps que sa fille. Ca a beau faire près de quatre ans, il est clairement toujours affecté par ce qu’il s’est passé, il se sent toujours coupable et n’a pas vraiment fait son deuil.

Behind the character


Sur le net, on m'appelle je vous laisse deviner, vous me connaissez déjà. J'ai un certain âge ans et je viens de quelque part. J'ai découvert YAF grâce à une certaine personne et m'y suis inscrit(e) car j’adore YAF. Je serai présent(e) au moins 7 fois par semaine. Je trouve YAF orgasmique et je me réjouis déjà de rp en votre compagnie. J'ai choisi, pour mon personnage, Jake Gyllenhaal. Le code du règlement est lasagnes et sinon, je suis désespérante, je sais.


.........................................
Julian A. Bucklet
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me


Dernière édition par Julian A. Bucklet le Sam 26 Avr - 23:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 18:51

Désespérant, et c'est où le Cada? Suspect

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas



HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !



potins : 533
âge : 35 ans
statut civil : En couple avec Marley ♥ Papa de deux princesses, Maia & Hazel
quartier : Blossom Grove
profession : Pédiatre
pseudonyme : Lily
célébrité : Jake Gyllenhaal
double compte : Grace Caldwell & Roxy Lyons
copyright : Avatar : katie-lexie ; Sign : Silver Lungs



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 18:54

Le quoi ? XD

Merci mon chou  

.........................................
Julian A. Bucklet
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 18:59

Le Cada, puisque ton bonhomme est d'origine cadiennes xD
Revenir en haut Aller en bas



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 19:02

Acadien plutôt non? :p
Bienvenu sous la forme de beau gosse   
Revenir en haut Aller en bas



HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !



potins : 533
âge : 35 ans
statut civil : En couple avec Marley ♥ Papa de deux princesses, Maia & Hazel
quartier : Blossom Grove
profession : Pédiatre
pseudonyme : Lily
célébrité : Jake Gyllenhaal
double compte : Grace Caldwell & Roxy Lyons
copyright : Avatar : katie-lexie ; Sign : Silver Lungs



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 19:06

 Ca existe pas le "Cada" XD
Il est cadien, descendant des exilés acadiens du 18e siècle. C'est un groupe ethnique de Louisiane (aussi appelés les cajuns), qu'on retrouve dans le "pays cadien". RazzHere pour plus d'infos x)

Merci Jaime  I love you 

.........................................
Julian A. Bucklet
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 19:08

Ah ben voilà, je suis b^te moi, fallait dire cajun j'aurais compris
Revenir en haut Aller en bas



HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1773
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 19:41

Dis moi je me demandais, est-ce que ça a à voir à l'époque où la Louisiane était tantôt partagée entre les colonies françaises et espagnoles aussi ? Bien que le droit anglo-saxon se voulait imposant, les colonies françaises avaient plus d'influence sur la Lousiane voulant maintenir le système continental....

J'arrête de pourrir ta page, ça t'es consacré. ALORS BIENVENUE !!!!!!! Excellent métier, vava puis je te souhaite bien des fous-rires et délires parmi nous. Bonne continuation dans la présentation !

.........................................

   
Don't fuck with me


©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !



potins : 533
âge : 35 ans
statut civil : En couple avec Marley ♥ Papa de deux princesses, Maia & Hazel
quartier : Blossom Grove
profession : Pédiatre
pseudonyme : Lily
célébrité : Jake Gyllenhaal
double compte : Grace Caldwell & Roxy Lyons
copyright : Avatar : katie-lexie ; Sign : Silver Lungs



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 20:28

Hannah S. Sinead a écrit:
Ah ben voilà, je suis b^te moi, fallait dire cajun j'aurais compris
Maiiiiis non t'es pas bête xD J'utilisais aussi cajun, jusqu'à ce que je comprenne que c'était l'appellation anglophone reprise à tort par certains francophones x)

Charlie E. Harper a écrit:
Dis moi je me demandais, est-ce que ça a à voir à l'époque où la Louisiane était tantôt partagée entre les colonies françaises et espagnoles aussi ? Bien que le droit anglo-saxon se voulait imposant, les colonies françaises avaient plus d'influence sur la Lousiane voulant maintenir le système continental....

J'arrête de pourrir ta page, ça t'es consacré. ALORS BIENVENUE !!!!!!! Excellent métier, vava puis je te souhaite bien des fous-rires et délires parmi nous. Bonne continuation dans la présentation !
Hmmm, ça n'a rien à voir avec les colonies espagnoles x) Après je suis pas totalement rentrée dans le détail historique xD Mais pour plus de détails, je pense que la page wiki dont j'ai donné le lien plus haut pourra sans doute répondre à tes questions.

Merci pour l'accueil   

.........................................
Julian A. Bucklet
There's nothing that I'd take back, but it's hard to say there's nothing I regret. Cause when I sing, you shout, I breathe out loud, you bleed, we crawl like animals, but when it's over, I'm still awake. A thousand silhouettes dancing on my chest, no matter where I sleep, you are haunting me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1773
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 20:31

Oui oui je met de côté les colons espagnols mais je précisais juste que le territoire avait été partagé/occupé à diverses reprises. bref, peu importe. C'est intéressant en tout cas.
J'ai l'intuition que tu vas faire quelque chose de sympa de ce Julian ! Very Happy

.........................................

   
Don't fuck with me


©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 20:50

Bienvenue parmi nous

Ton personnage m'a l'air très intéressant et prometteur   
Revenir en haut Aller en bas



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Ven 25 Avr - 23:20

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche
Excellent choix d'avatar ! Puis ton bonhomme vient de Louisiane, y a moyen de trouver quelque chose de chouette avec mon Liam
Revenir en haut Aller en bas



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Invité
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Sam 26 Avr - 0:52

OMG OMG OMG JAKE QUOI, MARRY ME   
Okay je calme mes hormones.

Welcome   
Revenir en haut Aller en bas



HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !



potins : 437
âge : 33 ans
statut civil : Amoureuse. Maman de jumelles : Maia & Hazel
quartier : Blossom Grove
profession : Co-gérante du Tourne-Page depuis peu de temps
pseudonyme : SandySue
célébrité : Emily Blunt
double compte : Luke Monaghan
copyright : shyia



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Sam 26 Avr - 21:24

  Re-bienvenue avec ce personnage! J'adore son histoire   

.........................................

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !



« I NEVER MEANT TO HURT YOU »

potins : 2652
âge : 29 ans.
statut civil : mariée et maman de deux petits bouts ; Cameron & Ava.
quartier : Shiny Grove
profession : institutrice primaire.
pseudonyme : jess.
célébrité : chyler leigh.
double compte : micah p. wright, billie j. sheffield, haley l. grey &. juliet c. manning.
copyright : katie-lexie (avatar) ; endless love (signature)



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Sam 26 Avr - 21:38

Courage pour ce qui te reste à écrire choupette  applaudissement  

.........................................
evie asteria sorensen
It's quite a funny feeling. A feeling indescribable, you know, don't let me go. It's creeping up into my veins, flowing straight to my heart like butterflies, it's you and I.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Contenu sponsorisé
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice   Aujourd'hui à 8:23

Revenir en haut Aller en bas
 

Julian ∞ Afraid nothing can save me but the sound of your voice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You're About Forty :: 
Just the way you are
 :: Registre de la ville :: Les passeports validés
-