Partagez | 
 

 [2612] ϟ CHARLIE « I need you »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !




Work, always work !
potins : 1025
âge : 42 ans
statut civil : Happy hubby <3
quartier : Kingston Grove
profession : Agent du Swat
pseudonyme : Emilie
célébrité : Alex O'Loughlin
copyright : Tumblr Grasshopper James d'amour



MessageSujet: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Mar 18 Déc - 20:51


Charlie avait passé sa journée au boulot et avait finis par quelques heures dans sa salle de sport préférée. Mais en rentrant, il avait eu un appel qui avait tout changé. Son calme s'était envolé, il s'était mis à paniquer et à courir comme un idiot dans son loft. Sa mère était à l'aéroport et serait chez lui d'ici quelques heures. Il devait ranger, mais surtout trouver une femme. Depuis quelques semaines, il lui parlait d'une femme imaginaire et forcément, elle voudrait la rencontrer. Miss Harper vint chahuter avec lui, mais pour la première fois il la repoussa. Il cherchait dans son répertoire le numéro d'une femme potable, il n'y en avait pas. Tout à coup, il entendit la porte en face de chez lui s'ouvrir, puis se fermer et il sauta sur ses pieds. Sa voisine était la femme parfaite pour se rôle. Claquant la porte de chez lui, il alla tambouriner à la porte de celle qui le faisait craquer.

« Charlie !!! J'ai besoin de toi ! Allez ouvre cette porte. »

Il s'était arrêté de cogner contre la porte pour parler, mais il reprit aussi vite parce qu'il avait besoin d'une réponse rapide. En n'en ayant toujours pas, il tourna la poignet et poussa la porte qui s'ouvrit en grand. Toutefois il n'entra pas. Pas question de violer l'initmité de la jeune femme alors qu'il voulait se la mettre dans la poche. Charlie finit par arriver devant lui. Un sourire soulagé arriva sur son visage.

« Ma mère va débarquer d'ici quelques heures et je lui ai dit que je fréquentais une femme. J'ai besoin que tu joue ce rôle... Je te donnerai tout ce que tu voudras après. »

La tranquillité ne dura pas, car il entendit la voie de sa mère derrière lui. Son cerveau se bloqua et il réagit de la manière la plus stupide possible - pas SWAT du tout -. Il fit le dernier pas qui le séparait de sa voisine et la prit contre lui en posant un petit smack sur ses lèvres. Elle n'avait plus vraiment le choix, surtout lorsqu'il les fit tourner vers sa mère.

« Hey maman... C'est elle. »

.........................................
Love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1817
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Jeu 20 Déc - 13:48

Charlie & Charlie
La journée de travail se terminait plutôt bien, une enquête que je qualifierais de « banale » était résolue. Je sais bien que chaque affaire est un peu unique mais certaines relevaient de faits tellement particuliers qu'elles se dénotaient des autres. En l'occurrence, une femme s'était retrouvée avec une balle qui lui avait perforé le crâne, elle était retrouvée morte dans le lit de son amant. La situation a été vite bouclée, le mari étant le coupable. Donc en effet, aujourd'hui était une journée « sans trop de difficultés ». Ce qui avait une influence forcément sur mon humeur car je n'étais plus en train d'y penser en rentrant chez moi. Il arrive que des affaires ne se résolvent pas en un jour et là, c'est une bien plus grande prise de tête.
L'heure était raisonnable ce vendredi soir. Noël était dans 3 jours, du moins le réveillon et j'avais invité ma sœur, son mari Alexander et Charlotte, ma nièce ainsi que ma belle-sœur Ginger dont le frère était mon fiancé. J'avais hésité à inviter Kenneth à ce repas là, après tout il s'agissait bien de mon demi-frère et tout autant celui de Kristin, mais après mûre réflexion, je m'étais dis que ce n'était pas le moment pour révéler la découverte à ma grande sœur. Qui plus est la relation était un peu particulière entre Kenny et moi depuis que je lui avais révélé qui j'étais. Disons que nous devions tous les deux prendre le temps d'encaisser la chose et gérer cela en tant qu'adulte. En tout cas, moi qui n'aimait pas cuisiner et qui, de toute façon était une piètre cuisinière, devait m'atteler à la tâche d'un repas pour le réveillon de noël. Et ce n'était pas de la tarte, je m'étais donc dit qu'une fois rentrée, je pourrais potasser quelques magazines de recettes et voir ce qui d'une part faisait festif et d'autre part, était à la portée de « mes talents culinaires ».
J'étais en train d'y songer tout le chemin du retour, puis arrivais à mon appartement, vêtue sobrement ainsi : http://stana-katic.us/gallery/albums/Castle/Season%20Three%20Promotional/0001.jpg , j'avançais d'une démarche gracieuse, les talons claquant un peu sur le sol du couloir, jusqu'à la porte de mon appartement. Là j'ouvris donc la porte et puis la referma derrière moi. D'office je lâchais mon trench-coat sur le dossier d'une chaise de la cuisine et commençais à chercher quelques livres de cuisine rangés dans un des rangements de la pièce en question. J'entendis initialement tambouriner à ma porte mais le bruit cessant, je me suis dis que c'était peut-être le fruit de mon imagination, cependant le tapage repris sans tarder et j'entendais mon voisin m'adresser la parole depuis l'autre côté de la porte. Je n'avais pas particulièrement envie de le voir ce soir, ,visualisant une soirée tranquille, dans ma bulle mais je me décidais à aller lui ouvrir afin de savoir ce qu'il entendait par « avoir besoin de moi ». Avant que j'atteigne la porte d'entrée, il l'avait déjà ouverte et se tenait là, un air paniqué sur son visage qu'il n'aurait jamais pu masquer et il me parla à une vitesse folle. Je le regardais donc en assimilant ses paroles, sans prendre garde à une personne venant d'arriver également dans le couloir quand l'homme qui m'était insupportable me pris par la taille et déposa un bref et léger baiser sur le bout des lèvres puis se tourna face à la nouvelle arrivante qui n'était autre que sa mère. Honnêtement, j'eus d'abord un air surpris lorsqu'il m'expliqua en un temps record la situation et ai à peine eu le temps de refuser sa demande qu'il me faisait déjà passé pour ce qu'il souhaitait aux yeux de sa mère. Je ne pouvais donc lui faire part de mon choix, évidemment si Mme. McPreston n'était pas là, il était clair que j'aurais envoyé balader mon cher voisin qui, comme de par hasard demandait un service de ma part, service qui était un peu « gros » je trouvais. Puis pourquoi moi ? Il avait de nombreuses conquêtes dont il serait inutile de chiffrer, donc l'embarras du choix. J'aurais préféré rester loin de cette embrouille dans laquelle il venait de me mettre mais je n'eus pas vraiment le choix, j'étais face au fait accompli. Cependant je retenais bien le « tout ce que tu voudras » qu'il m'avait proposé en contrepartie. J'y comptais bien ! Mais face à sa mère, j'étais désarmée et visiblement, Charlie en tant que « fils à maman » semblait vouloir à tout prix lui plaire et se plier en quatre pour elle. Je pus rapidement le constater en analysant son attitude face à sa mère. C'était flagrant. "Bon...bonjour Mme. McPreston". Dis-je alors comme s'il était « normal » que je sois dans cette situation mais sans trop caché un air surpris par sa présence... je sentais la main de Charlie dans mon dos et d'un geste discret l'ôtait. Je crois que dans le plus tôt des délais, il nous faudrait imposer des conditions car je n'avais pas eu mon mot à dire et en toute honnêteté la situation me déplaisait fortement. Charlie McPreston fit alors entrer sa mère dans son appartement une fois que cette dernière me salua et évidemment je du suivre le mouvement. Du moins je compris cela à la vue du regard du voisin. Je fronçais alors les sourcils en le regardant histoire de lui faire comprendre que ça ne me plaisait pas du tout, sa mère étant devant nous elle n'avait pu voir ça évidemment."C'est une chance que j'ai pu trouver un taxi immédiatement, qui plus est, la route était dégagée depuis l'aéroport, je n'ai pas attendu une minute". Je voyais Charlie lui faire part de son étonnement qu'elle soit là aussi tôt, noël n'étant que dans 3 jours. Visiblement ils devaient passer les fêtes de fin d'année ensemble, ici." Oh mais n'ai-je pas le droit de faire une surprise à mon fils ?! Puis je voulais avoir l'occasion de discuter un peu avec toi et rencontrer ta nouvelle et plutôt ravissante compagne..." dit-elle en me regardant alors le sourire aux lèvres, je renvoyais un léger sourire, carrément embarrassée, alors que la mère continuait ses propos "… avant l'arrivée de Donovan dans 3 jours …". Puis voyant son fils grimacer un peu elle renchérit "...Et bien, n'es-tu pas content de me voir ?!. Je regardais alors Pineapple man qui était tout aussi toujours surpris de l'arrivée subite de sa mère.
Cette dernière connaissant déjà les lieux faisait comme chez elle et demandait déjà à son fils d'aller lui apporter un verre d'eau alors qu'elle prenait place dans le canapé du salon. Etant donné que je me retrouvais seule quelques instant avec elle, ça me gêna encore plus ignorant totalement ce que Charlie avait pu raconter à sa mère. D'où le fait qu'il fallait rapidement que je trouve une raison de le rejoindre en cuisine afin de s'expliquer "Je.... je suis ravie d'enfin faire votre connaissance, Mme. McPreston". "Tout le plaisir est pour moi, et puis depuis le temps que je souhaite que mon têtu et indépendant de fils prenne sa vie en main ! Quelle joie de le voir enfin dans une relation stable, et puis, ça fait des semaines et des semaines qu'il me parle de vous au bout du fil... Sofia c'est bien ça ?!". J'avais envie de le frapper à cet instant précis, il avait menti à sa mère en lui faisant croire l'existence d'une femme « imaginaire » dont il avait donné un prénom probablement au hasard ce qui me plongea encore plus dans l'embarras. Je ne voulais pas mentir à la femme face à moi … heureusement que Charlie remettait les pieds au salon avant que je ne réponde à sa mère "Excusez-moi, je peux vous l'emprunter une petite seconde ?" Elle accepta volontiers en supposant à haute voix que nous nous étions probablement pas vu de la journée à cause du travail … par chance elle n'y voyait que du feu, enfin, pour l'instant, ce n'était que le début., la partie « facile » car dès qu'on devrait entrer dans des détails, ce serait de suite un terrain glissant. J’attrapais alors Charlie par l'avant bras afin qu'il me suive dans la cuisine et le lâchais en route. Évidemment lui qui jouait déjà le jeu devant sa mère me lançait une de ces expressions que les couples usent. Je levais les yeux au ciel et rageais intérieurement, bouillonnais même. Une fois dans la cuisine, je fermais donc la porte, puis d'un air bien moins souriant et le regard noir, je m'adressais donc à Charlie à voix basse afin que sa mère n'entende pas "C'est quoi votre problème ?! Ça ne va pas de faire ça ?! De quoi j'ai l'air maintenant ?!". Je ne le laissais pas répondre car dans mon énervement je poursuivais "… alors non seulement je n'ai nullement l'envie de mentir à votre mère que je ne connais d'ailleurs pas, qui plus est je trouve ça on ne peut plus immature ce que vous faites et … non mais franchement, mentir au sujet d'une relation ?! Je crois que je devrais lui dire dès maintenant ce qu'il en est, que je ne suis pas celle qu'elle croit... ça nous évitera bien de s'enfoncer dans une situation ingérable... et en plus c'est qui cette Sofia ?!". Je croisais alors les bras et gardais mon air contestataire. Pendant que nous étions dans la cuisine, une voix se dénota du salon où la mère de Charlie venait de découvrir qu'il y avait un chaton " Oh tu as un chat maintenant ?! Quelle adorable petite chose, comment s'appelle t-il ?".
code by biscotte
[/color]

.........................................

   
a lil' tenderness


©BESIDETHECROCODILE


Dernière édition par Charlie E. Harper le Mar 25 Déc - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !




Work, always work !
potins : 1025
âge : 42 ans
statut civil : Happy hubby <3
quartier : Kingston Grove
profession : Agent du Swat
pseudonyme : Emilie
célébrité : Alex O'Loughlin
copyright : Tumblr Grasshopper James d'amour



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Sam 22 Déc - 21:38


Charlie été toujours un fils à sa maman. Il voulait la rendre fière, la voir sourire et surtout ne pas la décevoir. Sauf qu'en ce moment, ce n'était pas gagné. Il n'y arrivait pas et pour ne pas trop qu'elle soit déçue, il avait décidé de lui mentir. De s'inventer une petite amie. De dire que c'était du sérieux et que peut être ça deviendrait encore plus sérieux d'ici quelques mois. Dire qu'il était heureux dans son mensonge aurait été mentir, il regrettait et aurait préféré avoir trouvé la femme parfaite. « Si, bien sur que je suis content de te voir. Je suis juste un peu surpris. » Sa voisine lui demanda de partir à l'écart alors il la suivit, s'excusant auprès de sa mère. Il savait très bien ce qui s'apprêtait à lui tomber sur le coin du nez. Et ça ne tarda pas. Elle était en colère et il y avait de quoi. Ce qu'il lui demandait là n'était pas marrant, c'était méchant pour sa mère. Mais en même temps, il n'était pas le même homme qu'elle connaissait d'habitude, il n'avait pas plaisanté, ni même sourit depuis qu'elles étaient entrées dans son appartement. Il était tendu. Le jeune homme avait mis ses mains dans ses poches et fixait le sol, mais tout ça changea lorsqu'elle parla de tout dévoiler à sa mère. Son regard suppliant fila vers la grande brunette, elle ne pouvait pas faire ça. « Ne fais pas ça. Ne lui détruit pas son Noël s'il te plait. Si tu ne veux partir, part, mais ne lui dit pas que je n'ai personne. Tout ce qu'elle veut, c'est que je rencontre une femme et que je sois père, je suis pas foutu de faire ça pour elle alors j'ai un peu embellis la vérité. » Il entendit sa mère et ça le coupa dans sa lancée, mais il devait répondre. « Miss Harper, c'est Miss Harper. » Un peu agacé d'avoir été coupé, il était avant tout nerveux. Il avait peur que Charlie ne retourne au salon et ne dise la vérité à sa mère. Il était sur que ça lui gâcherai Noël si elle apprenait aujourd'hui qu'il était célibataire. Pour elle, son grand fils était bien parti pour fonder sa propre famille, comme son plus jeune l'avait fait plus d'une décennie auparavant. « Je n'ai eu personne de sérieux depuis longtemps, je sais que je n'aurais pas du aller toquer à ta porte mais j'ai paniqué... » C'était plutôt moche pour un agent du Swat. Nerveusement, il se passa une main sur le visage. « Et Sofia ce n'est personne. C'est juste que j'ai toujours pensé que ma première fille s’appellerait comme ça. » Donovan était devenu père à la sortie de l'adolescence, il en avait eu deux autres par la suite, il s'était même marié avec cette première copine. Ils étaient toujours aussi fou amoureux. Et maintenant c'était le grand frère qui voulait prendre exemple sur son petit frère. Il voulait une femme, des enfants et se poser. Il en était encore très loin. « Elle est tout pour moi, je veux juste la rendre fière. » Il s'appuya un peu mieux sur le comptoir de sa cuisine et regarda les yeux de la brunette. Il pouvait toujours y lire de la fureur. Alors plutôt que de se battre plus longtemps, il alla dans un placard et sortit une bouteille de vin. La mettant dans les mains de sa complice, il arrêta de la regarder et se dirigea vers le salon - mais sans sortir de la cuisine -. Charlie regardait sa mère, il ne voulait que son bonheur après tout. « Si tu me rends ce service, plus jamais je n'essayerai de te draguer, je ne viendrai plus t'embêter. On sera voisin, des voisins qui ne se croisent jamais. Tu peux vouloir me blesser, mais pas elle. »

.........................................
Love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1817
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Mar 25 Déc - 15:13

Charlie & Charlie
Étant donné la situation dans laquelle je me trouvais qui plus est à mon insu, j'estimais que ma réaction n'était pas démesurée lorsque je me suis mise à remonter un peu les bretelles de Charlie. Toutefois, lorsque je le regardais dans les yeux, j'aperçus une grande peine. Peine au regard des conséquences de ce que je m'apprêtais à faire, vis-à-vis de sa relation mère/fils. Je l'écoutais donc m'expliquer les choses, et pour la première fois je voyais non pas un voisin pas arrogant mais au contraire, quelqu'un de plus humain si je pouvais dire, admettant que tout ne lui avait pas réussi et s'inquiétant davantage du bonheur des autres – en l'occurrence celui de sa mère – plutôt que du sien. Avec un tel regard de chien battu, je ne pouvais être insensible d'autant que ses paroles étaient sincères, ça se lisait aisément. Quel enfant n'avait jamais voulu que ses parents soient fiers de lui ? A tout âge c'était une règle applicable et j'en avais la parfaite illustration. Je n'osais pas l'interrompre une seconde et écoutais poliment jusqu'au bout tout ce qu'il avait à me dire. Quant à la justification du prénom, je fus agréablement surprise de constater que l'homme face à moi songeait donc réellement à tout ce qu'il disait, une relation sérieuse, être père … c'était enfin une preuve de maturité, chose que je n'avais pas eu l'occasion de voir chez McPreston depuis que je l'avais rencontré. J'étais simplement touchée par ses propos et la colère qui m'animais jusqu'alors venait de se dissiper. Récupérant en main un excellent vin qu'il m'offrait, je regardais donc la bouteille avant de la poser de nouveau sur le comptoir. " Très bien, pour votre mère alors.... et mes conditions sont surtout que je souhaite que vous cessiez ce boucan de façon volontaire et je ne veux plus voir vos conquêtes sans lendemain systématiquement toquer à ma porte, si l'on doit collaborer professionnellement parlant, vous devrez arrêter d'en faire qu'à votre tête et enfin, dernière condition...". Je n'eus pas le temps de terminer ma phrase, bien que j'avais ma dernière exigence en tête, sa mère fit soudainement apparition dans la cuisine, avec le chaton aux bras " C'est original comme nom ça... elle dormait sur un pull en cachemire comme une petite reine ". Visiblement la mère adorait les chats et était en train de cajoler Miss. Harper, ce que je retins, c'était également ce pull qui à l'origine m'appartenais...enfin ça c'était une autre histoire. Saisissant immédiatement la bouteille de vin dans la main, j'improvisais alors en m'adressant à la maman de Charlie " Nous nous sommes enfin mis d'accord sur le vin le plus approprié pour accompagner le dîner ! ". Cela sous entendait ainsi que j'acceptais finalement de rendre ce service à mon voisin, à charge de revanche comme on dit. Mais je n'allais visiblement nulle part ce soir, faisant un discret sourire en coin à mon voisin, je suivais alors sa mère en dehors de la cuisine afin d'aller poser la bouteille sur la table du salon où le repas se déroulerait.
La maman étant repartie poser le chaton où elle l'avait trouvé, je demandais alors avec discrétion à Charlie " Y-a t-il des choses que ta mère connaît au sujet de cette Sofia ? ". Tout en l'aidant à dresser rapidement une table, il valait mieux qu'il me tienne au courant de ce qu'il avait dit à sa mère au sujet de sa « compagne imaginaire » car je ne souhaitais pas faire une erreur. Le choix était simple, soit il avait toujours été plutôt vague ou avait fait part de détails en particuliers. Heureusement que le téléphone de la mère sonna alors, son second fils était au bout du fil ce qui fit qu'elle du décrocher, ça nous donna ainsi quelques secondes supplémentaires. Une fois que je sus ce que je devais et que la mère revint auprès de nous, je proposais alors " … et si l'on commandait quelque chose à manger ? ". J'ignorais bien sûr si cela dérangerait la mère qui était plutôt en faveur des valeurs culinaires avec des plats maisons ou bien si commander de temps à autres ne l'ennuyait pas..
code by biscotte
[/color]

.........................................

   
a lil' tenderness


©BESIDETHECROCODILE


Dernière édition par Charlie E. Harper le Mer 26 Déc - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !




Work, always work !
potins : 1025
âge : 42 ans
statut civil : Happy hubby <3
quartier : Kingston Grove
profession : Agent du Swat
pseudonyme : Emilie
célébrité : Alex O'Loughlin
copyright : Tumblr Grasshopper James d'amour



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Mer 26 Déc - 12:32


Charlie avait du mal à garder ses yeux dans les prunelles vertes de sa fausse compagne. Ce qu'il lui demandait était vraiment mal, il l'entrainait dans quelque chose d'horrible. Et elle acceptait. Il ne savait pas pourquoi elle acceptait. Elle aurait pu refuser et retourner chez elle. Après tout elle ne connaissait pas la mère de McPreston. D'ailleurs celle ci débarqua alors que Charlie déballait ses conditions. Elle n'entendit rien de ça, mais se mit à parler de Miss Harper. Ce pull en cachemire, il appartenait à sa voisine. Elle allait le tuer... Il aurait du lui rendre, mais a petite boule de poil l'adorait et lui aussi, parfois il allait y cacher son nez pour sentir l'odeur de sa voisine. Pas d'un point de vue pervers. C'était juste que suite à la conversation qu'il avait eu avec Kenneth, il s'était aperçu de certaines choses. En fait, la scène qui se jouait là aurait pu être parfaite si la brunette n'avait pas été forcé de mentir. Sa mère dut quitter la pièce pour répondre au téléphone et Charlie lui posa une question importante. Il avait beaucoup parlé de ce qu'il ressentait pour cette femme, plus que ce qu'elle était... Sa maman savait les sentiments de son fils, pas la vie de sa belle. « Non, je suis resté très vague. Elle travaille comme détective c'est tout. Je l'ai rencontré au boulot. » Les trois adultes finirent par s'installer au salon. Il n'était pas aussi détendu qu'à l'habitude, ça se sentait et sa bonne humeur joueuse n'était pas au rendez vous. Les paroles qu'ils échangeaient été simples, sans grandes valeurs. Charlie demanda des nouvelles de son frères et de ses neveux. Il promit à sa mère d'aller les voir au Texas d'ici peu, ou peut être même d'aller en vacances à Hawaï avec eux. Son île lui manquait. Beaucoup... Sa maman le savait. Alors, quand Charlie proposa de commander, il sut immédiatement que cette première allait l'envoyer en cuisine. Cuisiner Hawaïen était un moyen de se sentir mieux pour lui, elle le connaissait par cœur. « Non, Charlie va nous faire un petit truc à manger, ça nous laissera le temps de discuter un peu toutes les deux. » Le jeune homme les quitta alors pour rejoindre la cuisine. Il aurait préféré rester pour aider sa voisine à subir l'interrogatoire qui allait lui tomber dessus, mais il allait devoir faire autrement. Il pouvait toujours les voir et les entendre de sa cuisine, mais pas communiquer sans avoir à parler très fort, alors il était plus ou moins un acteur passif de la situation. Il se mit à cuisiner. Une de ses passions. Il avait du poulet en train de mariner dans une sauce aigre douce au frigo, et des légumes frais, le repas se construisait dans sa tête. Il se concentrait la dessus, car les mots que prononçait à présent sa mère était à double tranchant. Elle l'aimait, mais aurait pu être beaucoup plus fière de lui. Il n'avait réussit que sa vie professionnelle comparé à Donovan. « Mon Charlie est un bon garçon, mais il a besoin d'autorité. Parfois je me dis qu'il a oublié de grandir. Mes deux fils sont comme ça... sauf que j'en ai un qui est papa. » Le jeune homme lança un regard vers sa mère qui avait arrêté de parler une seconde. Elle était en train de sortir des photos des petits de son frère pour les montrer à la grande brunette. Lui s'enferma un peu plus dans son monde et mit le poulet dans un wok. Le grésillement, les odeurs l'amenaient dans un autre monde, dont il retomba rapidement en entendant les mots de sa mère. « Je suis tellement fière de lui. Maintenant j'aimerai que mon ainé suive le même chemin. » Comme un enfant, il n'entendait que ce qu'il voulait entendre. Sa mère n'était pas fière de lui. Il avait beau faire le gros dur, ça le blessait. Qui n'attendait pas la fierté de ses parents ? Il avait toujours été le fils de sa maman et il entendait là qu'il... qu'il n'était pas aussi parfait qu'elle l'aurait souhaité. Le poulet fin prêt, il y rajouta les légumes, puis fit une sauce pour compléter le tout. « Vous allez me faire pleins de petits enfants bientôt ? » Mais lorsqu'il entendit encore une fois sa mère dépasser les limites, il coupa le feu sous le wok et retourna au salon avec l'intention de lui dire ce qu'il avait sur le cœur. Il était heureux de la voir là, mais pas si c'était pour le pourrir et pourrir sa fausse relation. « Non, mais ça va pas de lui demander ça ? Elle... Elle a une carrière, on en a une tous les deux alors pourquoi on voudrait des enfants maintenant ? D'ailleurs je ne sais même pas si on en aura un jour. Dommage pour ton petit monde parfait. T'auras toujours un fils sur lequel tu pourras parler avec fierté. » Charlie repartit en cuisine. Il n'était pas bien, pas en colère, mais quelque chose n'allait pas. Et quand sa mère débarqua dans son dos, il s'excusa. Jamais il n'avait haussé le ton sur ses parents. Ils avaient toujours tout fait pour lui, il avait grandi dans le bonheur alors il n'avait aucune excuse pour parler comme ça. Elle le fit venir vers elle et le prit dans ses bras. Ou s'était l'inverse, maintenant qu'il était beaucoup plus grand qu'elle, c'était plutôt l'inverse. Elle savait que la carrure musclé de son fils ne le protégeait pas de tout, pas des mots en tout cas... « Ce n'est peut être pas la bonne. Et... » La maman le serra un peu plus dans ses bras. Un câlin sans fin dont il avait besoin depuis longtemps. « Tu la regardes comme si c'était la bonne alors arrête de douter de toi. »

.........................................
Love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1817
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Mer 26 Déc - 18:36

Charlie & Charlie
Par la réponse de mon «partenaire», je fus un peu rassurée dans le sens où je n'avais pas à mentir davantage. Enfin, je n'avais pas à entrer trop dans le rôle d'une personne ne me ressemblant pas. Ceci dit le fait que Charlie m'annonce qu'il lui avait fait part qu'il s'agissait d'une détective m'intrigua. C'est vrai, il y avait de quoi. J'en étais une après tout, en quelque sorte. C'était probablement juste une coïncidence ou alors inspiré de toute façon par le milieu professionnel dans lequel il exerçait, c'était la situation de rencontre la plus probable et fréquente qui plus est. J'acquiesçais d'un simple hochement de tête alors que sa mère revenait donc parmi nous, et envoya Charlie en cuisine refusant visiblement qu'on commande quelque chose. Je pris donc place à table, face à la mère de mon voisin alors que ce dernier était parti en cuisine préparer... je sentais un léger stress monter en moi une fois que nous nous retrouvâmes seules, face l'une à l'autre. Tout en discutant, je m'étais permise de lui servir un verre de vin puis à moi même. Je sentais déjà une espèce d'interrogatoire qui allait tomber, mais c'était logique, ce qui n'était pas forcément prévisible étaient les questions que la maman de Charlie me poserait, ou le thème de discussion qu'elle aborderait.... Je souris alors lorsqu'elle m'annonçait que son fils aîné était «un bon garçon» car dans ses paroles on retrouvait la tendresse d'une mère, ce sont les propos suivants qui effacèrent légèrement le sourire qui arborait mon visage, car elle laissait paraître une once de déception du fait que ce fils en question n'était pas père, contrairement à son plus jeune frère.
Ceci me donna une impression qu'il y avait toujours eu une espèce de comparaison entre les deux fils pouvant ou plutôt risquant de mener quelques tensions entre eux. Mais j'en connaissais pas suffisamment sur la famille pour confirmer à 100% mes pensées.
Je n'avais pas en tout cas une impression de concurrence entre moi et ma sœur, que ça concerne notre enfance ou adolescence, peut-être était-ce du à une grande différence d'âge aussi, je l'ignorais mais l'entente avait généralement été toujours très bonne, hormis quelques querelles qu'on retrouve dans toutes les fratries.
Puis l'invitée entrepris alors des photos qu'elle avait dans son sac, c'était fou ce qu'on retrouvait chez le benjamin qui ressemblait donc un peu à son frère. Bel homme en tout cas et qui visiblement avait réussi sa vie. Il avait 3 enfants déjà et une femme ravissante. La mère semblait très fière d'eux vu la façon dont elle m'en parlait. Je pris mon verre de main entre deux compliments sur la famille avant d'en boire un peu. En arrière fond j'entendais le crépitement d'ingrédients poêlés, visiblement la préparation du repas avançait plutôt bien, signe que Charlie allait rapidement être des nôtres. Et il était temps car j'étais en train de boire encore un peu de vin et manqua tout juste d'en recracher ou encore d'avaler de travers lorsque la mère McPreston me posa la question au sujet des petit-enfants. Je toussais alors en reposant mon verre " Je... ne crois pas ...  " Une fois de plus, je ne pus pas finir ma phrase que le voisin «vola à mon secours» et s'emporta en répondant à sa mère à ma place. J'avoue que je lui aurais répondu la même chose si j'en avais eu l'occasion, la raison d'une carrière très prenante, la relation qui était encore trop récente... mais la suite des propos de Charlie me surpris car il semblait vraiment être touché par ce point dont sa mère venait d'évoquer. Il était clair qu'il l'avait mal pris aussi et là n'importe qui aurait vu la tension entre la situation familiale et professionnelle des deux frères, Charlie sous-estimait clairement ce que sa mère pensait de lui et je constatais qu'il se prenait pour « celui n'ayant pas tout réussi comme il aurait du ». Alors qu'il reparti immédiatement en cuisine, sa mère le suivit de près et j'attendais un peu dans le salon, en repensant à ce qui venait juste de se produire. L'homme prétentieux et sûr de lui arborait une carapace mais dans le fond, il était sensible et surtout pas aussi fier qu'il le montre. Je voyais un Charlie différent en présence de sa mère, le vrai lui. Je me décidais donc d'aller vers la cuisine afin d'offrir mon aide et m'assurer que tout allait bien lorsque j'entendis les propos de la mère ce qui me surpris. Je n'étais pas sotte, loin de là et me doutais qu'ils parlaient de moi. La situation devenait de plus en plus étrange à vrai dire, je fis vite demi-tour pour retourner m'asseoir et les deux acolytes me rejoignirent sans tarder, Charlie déposa un plat sur la table. " Est-ce que tout va bien ?  " demandai-je aux deux, mine de rien. Ils m'affirmèrent que oui avant de prendre place, poliment j'entrepris de servir la mère de Charlie alors que ce dernier venait de prendre place à côté de moi, puis je le servais. Je crois que dans l'effervescence du moment, il n'avait pas du penser à mon régime alimentaire et de toute façon n'avait pas à le faire, je me contenterai donc de trier une fois dans mon assiette les légumes du poulet. Afin de poursuivre le rôle dans lequel je m'étais lancée, je complimentais à mon tour mon voisin pour sa cuisine en lui affirmant que c'était « toujours aussi délicieux ». Mais lorsque nous commençâmes à manger, la mère de Charlie ne tarda pas à me faire la remarque en me voyant délaisser la viande. "  Vous n'aimez pas le poulet ?  ". Je ne souhaitais pas paraître comme une personne de difficile, mais je ne pouvais me forcer à manger de la viande, c'était au dessus de mes forces. "  C'est que... je suis végétarienne  ". Ne laissant personne d'autre intervenir, la mère poursuivit " c'est pour ça que vous êtes toute menue mais il faut prendre des forces si vous souhaitez garder la forme ! Charlie, tu aurais pu faire attention quand même, tu n'as rien d'autre dans le frigo ?!  ". J'insistais pour dire que ça allait, que je n'avais rien besoin d'autre et Charlie était un peu pris au dépourvu en n'aillant pas pensé à ce détail. Alors qu'il s'apprêtait à se lever, je posais ma main sur la sienne le temps de dire "  ça va je t'assure, il n'y a pas de problème, j'ai bien assez ne t'en fais pas  ". La mère nous regardait alors en ajoutant à notre égard " J'espère que mon fils est plus attentionné sur votre lieu de travail, vous êtes détective n'est-ce pas ?  ". La conversation glissait sur le côté professionnel et tourna bien autour de ce sujet pendant quelques minutes où je pu expliquer réellement ce que je faisais et qu'en effet j'étais menée à collaborer avec Charlie de temps à autre lors de certaines affaires. Et là vint un nouveau moment délicat lorsque la mère poursuivit "  Ah oui, mon Charlie m'avait bien dit que vous vous étiez rencontré là-bas...  " puis elle regardait son fils en lui disant " … d'ailleurs, au lieu de la dévorer du regard plutôt que de dévorer ton assiette, racontes moi votre rencontre ! Tu ne m'en a jamais vraiment parlé !  ". Je regardais alors Charlie amusée par les derniers propos de sa mère car je ne m'étais rendu compte de rien. Aussi, il fallait que si nous devions tous deux intervenir, nos propos coïncides et ça devenait délicat. Avant que Charlie ne commence à raconter ce que sa mère souhaitais entendre, je glissais un " je crois que ce sont nos deux caractère plutôt forts qui nous ont réunis  ", avant de lui sourire et de le regarder d'un air doux comme je ne l'avais jamais fait auparavant.
code by biscotte
[/color]

.........................................

   
a lil' tenderness


©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !




Work, always work !
potins : 1025
âge : 42 ans
statut civil : Happy hubby <3
quartier : Kingston Grove
profession : Agent du Swat
pseudonyme : Emilie
célébrité : Alex O'Loughlin
copyright : Tumblr Grasshopper James d'amour



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Ven 28 Déc - 11:49


Dans la panique du moment, Charlie avait complètement oublié que sa fausse compagne ne mangeait pas de viande. Il était un grand carnivore lui, il adorait les bon steak, les marinades, un repas sans viande n'était pas un repas. Il avait été mécanique et se retrouvait à présent avec une assiette de viande pour une végétarienne. La pauvre avait du trier et il n'avait rien remarqué. Si sa mère ne l'avait pas dit de vive voie, il l'aurait laissé comme ça jusqu'au bout du repas. Se sentant crétin, il allait se lever pour lui chercher une alternative lorsqu'elle posa sa main sur la sienne pour l'arrêter. Elle disait en avoir assez. Il ne la croyait pas vraiment. Toutefois il se rassit et la regarda. Un long regard pour s'assurer que c'était vraiment ok pour elle. Ça allait avec le personnage qu'il jouait, même si c'était plus qu'un simple personnage. « Désolé. » Le jeune homme libéra la main de Charlie et écouta sa maman. Elle voulait en apprendre un peu plus sur eux et c'était normal. C'était la première fois qu'il lui présentait une fille et il semblait sérieux à propos d'elle. Elle voulait apprendre à connaitre pour pouvoir approuver par la suite. Mais la belle brunette s'était déjà fait une place dans le cœur de la mama McPreston. Un peu gêné par les propos de cette dernière, il regarda son assiette avant de se lancer. Il sentait deux paires d'yeux sur lui et ça ne le rassurait pas, car il allait devoir inventer, mentir. « On s'est rencontré au boulot. Un cas assez compliqué. Elle voulait jouer la prudence, moi le rentre dedans. On a passé la journée à s'engueuler. Chacun restait sur son point de vue et au final c'est le capitaine de sa brigade qui a prit la décision. Il ne supportait plus de nous voir nous taper dessus comme des écoliers. On est parti chacun de son côté à cran et le soir j'ai découvert qu'elle était ma nouvelle voisine... » « Et ? » Sa mère agissait comme une fan, elle était à l'affut de la suite de l'histoire, toute excitée à l'idée de savoir comment son fils avait fait pour entrer dans le cœur de cette jolie femme. « On ne s'est pas parlé tout de suite. Je crois que tu ne m'aimais pas trop à l'époque Sofia. Mais tu étais mignonne, la première femme à me tenir tête depuis longtemps alors j'ai craqué pour toi. J'ai commencé à mettre une bouteille de vin devant ta porte tous les vendredi soir. A faire le beau devant toi. Je me trouvais toujours des prétextes pour aller à la criminelle. Puis un jour tu m'as remarqué. L'arrogant agent de Swat que tu détestais tant... » Son regard s'était à nouveau fixé dans celui de sa fausse compagne, ignorant totalement la présence de sa mère, celle qui écoutait l'histoire... Leurs yeux, c'était leur seule connexion pour le moment, car il n'osait prendre l'initiative de la toucher. Même juste la main. « Embrasse là et finit ton histoire Charlie ! » Il rougit d'un coup. Si encore sa mère avait prit la peine de le lui dire en Hawaïen, il aurait pu lui répondre dans cette même langue d'arrêter ça, mais elle l'avait fait dans un anglais parfait. Un anglais que Charlie pouvait comprendre. Il savait que sa mère ne le laisserait pas tranquille sans bisou alors il allait soulever délicatement la main de la brunette et y déposa un baiser. Puis il lança un regard vers sa mère pour voir si ça lui convenait, mais apparemment non, mais pas question pour le jeune homme de dépasser certaines limites avec son actrice de voisine. « Il n'y a rien de plus à dire en fait, elle a craqué à son tour et c'est tout. » Il vit une serviette voler à travers la table et venir percuter sa tête. « Maman ! » « Raconte moi. Elle a pas craqué comme ça. Tu l'as amené au restaurant au moins ? » « Non, je lui ai fait une pizza et on a bu quelques verres de vin devant la télé. » Les yeux de sa mère s'élargirent puis analysèrent le comportement de son fils pour voir s'il n'essayait pas de lui jouer un tour. Un tour pas marrant, mais un tour quand même. « Tu es sérieux ? Charlie... » « Mais ça a marché quand même. » Ses prunelles perdirent de leur joie, parce que ça n'avait pas marché dans le monde réel, tout avait capoté. « Tu voudrais aller au restaurant So' ? »

.........................................
Love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1817
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Ven 28 Déc - 14:30

Charlie & Charlie
La rencontre. C'est ce que généralement les gens aiment qu'on leur raconte au sujet d'un couple qui se forme. Étant donné que c'est le début de l'union, il s'agit de quelque chose d'important. Ayant juste donné un fait au sujet de nos caractères, j'écoutais attentivement les propos de Charlie McPreston qui débutait le récit de notre rencontre. Mon regard était plongé dans le sien et il s'avérait que le début était plutôt réel. La mère souhaitant qu'il poursuive attira mon attention, je jetais alors un rapide coup d'œil vers elle, il fallait avouer qu'elle était suspendue aux lèvres de son fils et n'avait qu'une hâte, c'était qu'il poursuive l'histoire. Puis je regardais une nouvelle fois mon voisin et lorsqu'il avoua que je ne l'appréciais pas, je parvins à dire de suite après "  je crois juste qu'on a des habitudes et caractères différents " afin de ponctuer ses propos. Puis je l'écoutais continuer et je sentais qu'il me disait quelque chose de vrai, ce qu'il ressentais vraiment. Peut-être me faisais-je des illusions mais dans l'intonation qu'il usait et l'intensité du regard, j'osais croire que c'était réel. Quand il parvint au point de dire qu'il était arrogant, je souris alors, j'étais prête à confirmer ce qu'il disait, mais mes paroles pour me plonger dans le rôle furent autres "  ça n'a pas duré... ". Les nouveaux propos de la mama McPreston nous interrompirent sans tarder. J'étais plutôt embarrassée qu'elle insiste pour voir tout geste affectif. Il fallait avouer que c'était quelque chose de tout naturel chez un couple réellement ensemble mais lorsqu'on jouait la comédie, c'était tout autre. Je le laissais donc faire, gênée puis il boucla rapidement la fin de l'histoire. C'est vrai qu'il n'y avait rien à ajouter. Mon regard passait d'une personne à l'autre dans l'échange, je ne pouvais pas en placer une et me trouvais comme une spectatrice de la scène, lorsqu'il mentionna à son tour les pizza et le vin, je me permis de dire à sa mère "  vous savez c'est un véritable pizzaïolo, la pizza à l'ananas est irrésistible... ". Cependant, ça semblait étonner sa mère qu'il ne parle pas plutôt de restaurant... ou de choses plus romantiques. Quand il affirma que ça avait « marché », je me devais d'aller dans son sens et de dire à la femme face à moi " Pour être honnête, ce n'est pas ce que l'on préfère... votre fils est un véritable chef cuisinier alors... ". C'est à ce moment là que Charlie me proposait d'aller au restaurant. J'avais compris là qu'une fois de plus, je devais être de son côté afin d'ôter doutes de sa mère " Tu sais, nous avions convenu cela pour le nouvel an... alors je serais patiente, ce n'est vraiment pas une priorité, puis généralement du à notre travail prenant nous n'avons pas vraiment le temps". Je lui souris donc puis sa mère rappela sa présence en s'écriant "  A propos de fêtes de fin d'année, vous aviez prévu d'être parmi nous à noël j'espère ! " . Je regardais la mère remarquant qu'elle s'adressait à moi, et là une fois de plus c'était délicat, mais je souhaitais éviter de lui mentir le plus possible " Je suis désolée mais je ne crois pas que ce sera possible cette année, je.... préfère vous laisser entre vous puis je reçois de la famille à vrai dire donc je ne pourrais pas faire autrement ". La mère continuait de manger tout comme moi et Charlie, et là elle continuait la discussion "  c'est dommage, ça aurait été bien que vous rencontriez Donovan, n'est-ce pas Charlie ? ". Elle regardait son fils et à peine il avait eu le temps de lui répondre qu'elle disait "  Peut-être que vous pourriez sinon venir prendre un thé ou manger un petit bout en ville avec nous dans la journée ! Il doit arriver le matin normalement... ". "  Je travaille lundi malheureusement... et je ne crois pas qu'en parlant de thé vous pensiez à celui du distributeur du commissariat... je suis désolée ". Voyant la déception dans le regard de la mère qui tentait tant bien que mal de me faire rencontrer le reste de la famille, je la rassurais alors "  mais ce n'est que partie remise, il y aura certainement d'autres occasions ne vous inquiétez pas ". Je lui souris alors poliment et regardais Charlie afin de voir si j'avais bien fait de lui répondre ceci. Ce que je craignais, c'était que la question de l'habitation se pose, car j'étais après tout dans l'appartement de l'autre côté du palier mais j'ignorais une autre chose, c'était si Charlie n'avait pas pu s'empêcher de faire part à sa mère de sa voisine – à savoir moi – en la critiquant bien évidemment. Je venais de terminer ce que je pouvais manger dans mon assiette, la maman de Charlie avait également terminé, ce qui nous permis de débarrasser et de se retrouver tous les deux en cuisine une fois de plus. Alors que nous mettions tous dans le lave-vaisselle, je reprenais la discussion en lui faisant part de ma dernière pensée "  Est-ce que tu lui a parlé de moi ? Enfin, en tant que voisine je veux dire... ". Il me répondit alors et j'affirmais au sujet de notre jeu "  je crois qu'on s'en sort plutôt bien jusqu'à présent... tu crois qu'il y a sujets risqués qui pourraient être abordés pendant le dessert ? ". Sans m'en rendre vraiment compte, je l'avais tutoyé, ça s'était fait dans le plus grand naturel. Une fois qu'il m'eut répondu, il avait eu le temps de mettre de l'eau à chauffer pour le café et avait préalablement coupé des tranches d'ananas dans une grande assiette, nous pouvions retourner au salon auprès de sa mère. " J'ai eu une idée  " affirma la mère en nous voyant reprendre place. Elle parvint à l'explication " Charlie, tu te souviens nous avoir promis de venir célébrer le prochain anniversaire de ton frère n'est-ce pas ? ", une fois qu'elle eu confirmation de ses propos elle s'adressa alors à nous deux "  Pourquoi ne viendriez-vous pas tous les deux ?! Qui plus est ce sera dans notre maison de vacances près de Calaveras Lake ! ". Je fus très très très surprise de ce qu'elle nous proposa puis plongeait mon regard interrogatif dans celui de Charlie. Un événement familiale ? Comment pouvais-je déjà être conviée à ce genre de chose alors que je ne la connaissais à peine... puis j'ignorais qu'elle m'appréciait déjà autant mais il fallait avouer que la mère de Charlie était plutôt chaleureuse... mais quand était cet anniversaire ? Ce rôle que je devais tenir n'était pas prévu dans la durée... comme si la mère avait lu dans mes pensées, le temps que Charlie réponde elle me dit alors "  En fait je suis de San Antonio au Texas, et Donovan lui vit à Houston, mais nous avons une maison de vacances dans laquelle nous allions quand nous n'étions pas à Hawaï, qui se trouve non loin de San Antonio, au bord de Calaveras Lake, et l'anniversaire de Donovan sera fêté là-bas le 5 janvier prochain.... ". Je regardais tantôt la mère, tantôt Charlie, ne sachant que dire ou que faire ce qui était un comble car dans les situations plus ou moins risquées ou encore compliquées liées à ma profession, je trouvais généralement une solution, je savais comment réagir, mais dans la situation privée actuelle, j'avoue que je séchais un peu.
code by biscotte
[/color]

.........................................

   
a lil' tenderness


©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !




Work, always work !
potins : 1025
âge : 42 ans
statut civil : Happy hubby <3
quartier : Kingston Grove
profession : Agent du Swat
pseudonyme : Emilie
célébrité : Alex O'Loughlin
copyright : Tumblr Grasshopper James d'amour



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Sam 29 Déc - 8:38


Sa mère était incorrigible. Elle voulait tout et tout de suite. Les fêtes étaient quelques choses de très familiales et elle ne semblait pas penser que Charlie pouvait avoir sa propre famille, non il fallait qu'elle le passe avec les McPreston. Heureusement que la jolie brunette avait de la répartie et se débrouilla avec brio pour se sortir de tout ça. Des fêtes, mais aussi d'une sortie pour prendre le déjeuner. Elle était bien plus douée qu'il ne l'avait prévu. C'était une bonne chose. Fin pas sur... Mais comme les assiettes étaient vides, les deux agents des forces de l'ordre prirent les assiettes pour les ramener en cuisine. Il les aurait laisser dans l'évier, mais elle les mettait dans le lave vaisselle et il suivit le mouvement. Elle profita du moment pour lui poser des questions et il y répondit par le négatif. Ce n'était pas ce qui l'avait marqué. Elle l'avait tutoyé, et elle semblait plus douce, plus ouverte à l'idée qu'il était un type pas si mal. Pas génial. Mais mieux qu'en début de soirée. Le dessert ne fut pas long à préparer, mais à peine revenu que sa mère se remettait à l'attaque. Elle voulait à présent que la brunette l'accompagne à l'anniversaire de Donovan. Il savait que ça ne se ferait pas, même s'il en discutait pourtant il comptait quand même en discuter. Peut être qu'elle voudrait venir avec lui après cette soirée. Il l'espérait, parce que mentir avec elle lui donnait un avant gout de ce qu'il aurait réellement voulu. « On est discutera. » La maman eut un énorme sourire en entendant cela. Généralement son fils faisait tout pour la rendre heureuse et elle espérait qu'il n'y manquerait pas cette fois. « Elle pourrait rencontrer ses petits neveux. » Les yeux de Charlie roulèrent vers le haut et il souffla fort, agacé que sa mère continue de les pousser dans cette voie là. Les trois de Donovan étaient adorables, très craquants et il avait déjà fait craquer le jeune homme, ça ne fonctionnerai pas pareil sur sa fausse compagne. « C'est tout de suite plus clair... Tu veux lui confier les trois petits pour... Quoi que tu tentes de faire, on a nos carrières et ça passera toujours avant notre famille. » Faire semblant de s'aimer c'était beaucoup plus simple que d'inventer une grossesse. D'ailleurs ce dernier point était impossible. Il fit alors quelque chose qui allait à l'encontre de ses vœux les plus chers, mais c'était pour sauver ses plans. Il prit la main de Charlie et la regarda. « Je ne voulais pas te le dire ce soir, mais on ne veut pas d'enfant. Je ne veux pas être papa. Ce n'est pas un rôle pour moi. Je ne suis pas Donovan. » Le visage de sa mère se décomposa et une nouvelle tension vint s'installer dans le petit trio. Personne n'osait parler ou manger au risque de faire du bruit. Il ne se sentait pas boulet, car sa mère avait eu besoin d'entendre ça au risque de la blesser un peu, mais il fallait se rendre à l'évidence, à son âge il avait peu de chance de trouver le vrai amour et de fonder une famille. Cependant le fils à maman qu'il était souffrait de voir sa mère dans cet état. Elle ne voulait que son bonheur, qu'il soit papa et puisse profiter d'un petit bout. Elle connaissait bien son fils. Il était très à l'aise avec ses neveux. Il se débrouillait très bien. La meilleure des baby sitter quand il venait au Texas. « Charlie, je vais aller dormir chez une amie, d'accord ? » Il hocha la tête, mais il était déçu. Il avait vu plus d'une fois sa mère s'éloigner de lui parce qu'il n'avançait pas dans sa vie privé. Ce n'était pas pour être méchante, elle voulait juste l'épargner. Parce que quand la maman McPreston était déçue, il était difficile de le louper. Alors en partant chez une amie, il ne voyait rien, il le savait, mais ne le voyait pas. Toutefois, c'était un peu triste pour lui quand même. Et ça révélait la structure de sa famille au grand jour. « On se retrouve quand même pour le déjeuner demain ? » Sa mère hocha la tête, mais elle était déjà en train de se préparer à partir. Il pouvait voir la déception et la tristesse sur le visage de sa mère, mais il ne pouvait rien y faire. Pas de câlins ou de bisous. En quelques secondes, elle disparaissait avec sa valise aussi vite qu'elle était apparue plus tôt. Une très mauvaise fin de soirée. Et le grand bonhomme du Swat n'en menait pas large. Les épaules basses, il retourna au salon où il vit que sa fausse compagne commençait à débarrasser. Les assiettes étaient encore pleines, ils n'avaient pas prit le temps de manger le dessert parce qu'il avait dit une connerie... Mais il aurait du savoir se retenir, car il était aussi très impulsif et sensible, il tenait ça de sa mère. « Je suis désolé pour ce soir. Je lui dirais la vérité demain, c'était une mauvaise idée. Tu peux rentrer chez toi maintenant... » Il regarda la brunette dans les yeux avant de lui prendre tout ce qu'elle avait dans les mains et de partir à la cuisine. Cette fois il ne rangea pas tout dans le lave vaisselle, il mit tout dans l'évier. Et se servit un nouveau verre de vin. Mais en se retournant, alors qu'il se croyait à nouveau seul, il vit la brunette avec les verres et le reste de ce qu'il y avait sur la table à manger. « Merci de m'avoir aidé et je suis désolé qu'elle t'ai posé toutes ses questions. » Son téléphone se mit à vibrer dans sa poche et il le regarda. Ce qu'il vit mit ses émotions à vifs. Sa mère retournait au Texas, une impulsion, mais ça aussi elle l'avait transmis à son fils. Il était impulsif et savait ce que c'était. Le visage sombre, il lut la suite du message et son estomac se tordit. La maman avait réalisé que son fils mentait à l'instant où il avait dit ne pas vouloir d'enfant, puis elle avait rassembler les différents indices pour en conclure qu'il mentait. Le texto disait mot pour mot 'Si mentir à ta mère t'amuses tant, peut être que tu as raison, la paternité n'est pas faite pour toi'. Sa mère était rarement dur avec lui. Elle en avait l'obligation lorsqu'il faisait de grosse bêtise, mais là. Là, il avait juste tout fait pour la rendre heureuse et ça avait capoté. Toujours les yeux fixés sur son téléphone, il fit un pas vers le frigo et se prit une bière. En refermant la porte, elle était toujours là, Charlie, sa petite Miss Harper, l'humaine pas le chaton. « Tu peux y aller, sincèrement, tu n'as plus besoin de faire semblant de m'apprécier. »

.........................................
Love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1817
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Sam 29 Déc - 20:24

Charlie & Charlie
je ne connaissais la maman de McPreston que depuis quelques heures à peine mais elle était déjà toute enthousiaste à l'idée que je rencontre la famille, que je sois présente à certains événements les concernant et pour être honnête ça m'effrayait un peu. C'est vrai, qu'avais-je fais de particulier pour cela ? Qui plus est, ça m'ennuyais qu'elle semble si emballée car tout ça n'était qu'illusion, je n'étais nullement sa belle-fille. Charlie lui répondit d'un air un peu lassé qu'on en discuterait ce qui fondait déjà un brin d'espoir pour sa mère. Et du tac au tac, une nouvelle fois le SWAT s'emportait un peu vis-à-vis des propos de sa maman. Tout ce qui tournait autour de l'envie de "fonder une famille" devenait propice à des tensions d'après ce que j'avais pu constater. Et ce qu'il dit alors confirma mes pensées. A vrai dire j'étais très étonnée et pas à la fois, c'est vrai que Charlie McPreston s'était montré comme tout sauf un homme mature donc j'avais grandes difficultés à le visualiser comme un père cependant peut-être que c'en était tout autre mais ça je l'ignorais. Ce qui m'étonna c'était cette façon sèche et catégorique qu'il usa pour le balancer à sa mère. Puis ancrée dans mon rôle à cet instant, l'emploi du terme "on ne veut pas d'enfant" me marqua. ça me propulsa dans des souvenirs intérieurs douloureux et ces termes raisonnaient dans ma tête. j'avais la gorge nouée en repensant à certaines choses ... j'étais attristée presque, par ces propos mais pas pour les même raisons que la mère de Charlie. En affichant un visage plutôt neutre sans pouvoir masquer totalement mon émotion actuelle, je voyais le visage en décomposition de la texane qui se renferma d'emblée comme une huître. Il y avait vraiment un problème de communication, d'attentes entre ces deux-là. C'était comme si ils fuyaient les problèmes, lorsque un des plus gros espoir qu'elle avait à l'égard de son fils - à savoir qu'il soit père - lui glissait des mains, elle montrait sa déception et fuyait à la vision de son fils qui ne changeait apparemment pas. Quant à lui, c'était l'inverse, il s'emportait tout de suite ce qui ne permettait aucune discussion raisonnée et calme. Je ne me sentais subitement vraiment pas à ma place, comme un pion en trop témoin de la scène. D'ailleurs, personne ne toucha au dessert et la mère quitta au plus vite les lieux, demain serait "un jour meilleur". " Au revoir, encore ravie d'avoir fait votre connaissance " dis-je à la femme un peu honteuse également. Car c'est vrai qu'indirectement, en tant que "compagne", dans cette histoire j'étais un obstacle à la volonté de la mère d'avoir des petit-enfants de Charlie. Enfin, c'était ce que je croyais.
Alors qu'il raccompagnait sa mère à la porte, je commençais déjà à débarrasser la table, l'ambiance n'était pas tellement décontractée il fallait l'avouer, et sans m'y attendre McPreston présenta alors des excuses en revenant me prendre la vaisselle des mains. " Je crois qu'il faudrait que vous ayez un moment rien qu'à vous pour discuter de certaines choses " dis-je alors calmement sans vouloir jouer la psy ou l'entremetteuse. La relation mère-fils que je venais de constater n'était pas des plus simple, autant il y avait des instants de grande complicité, autant ça pouvait partir dans tous les sens. Hochant simplement la tête signifiant un "de rien" lorsqu'il me remercia, je fus soulagée que tout ceci soit fini. A vrai dire c'était une hâte, puis j'avais encore le ventre noué depuis les derniers propos échangés à table.
Je m'apprêtais donc à partir lorsque le portable de l'agent des forces de l'ordre vibra et il pâlit presque en lisant le message. Je ne savais pas de qui c'était mais je voyais bien que la nouvelle n'était pas des meilleurs. Me trouvant sur le seuil de la cuisine, je n'avais toujours pas bougé, interpellée par l'expression faciale de l'homme habituellement vaillant et sûr de lui. Il m'affirmait que je pouvais quitter les lieux, et j'étais prise entre deux feux. A la fois c'était ce que je souhaitais faire depuis la minute où j'étais entrée mais le voir dans un tel état, même s'il s'agissait de mon voisin insupportable, son air de chien battu, fils blessé ne me laissait étrangement pas indifférente. " Qu'est-ce qui se passe ? " demandai-je alors. L'homme était plutôt réticent à me faire part de ses problèmes mais je voyais bien que ça n'allait pas du tout. En tout cas j''ignorais totalement que la mère avait tout compris et pour poursuivre ce qu'il m'avait dit je reprenais " Je crois qu'il vaut mieux lui dire en effet, ce serait la meilleure chose à faire afin qu'elle ne soit pas plus déçue qu'elle ne l'est déjà . Puis il faudra lui laisser un peu de temps, je suis certaine qu'elle te pardonnera et comprendra qu'il y avait derrière cela une bonne intention.... les mères finissent toujours par pardonner nos erreurs ". Je le voyais un peu suspicieux mais en ignorant pourquoi je tentais de trouver les mots afin de lui remonter un peu le moral, je continuais dans ma lancée " ... puis peu importe ce que Donovan a fait de bien, ce que tu as accompli jusqu'à présent est différent et vaut tout autant. Les envies et parcours sont différents en fonction des personnes et des opportunités que la vie nous offre, mais ce n'est pas pour autant qu'il faut se sentir inférieur ou supérieur à son frère ou sa sœur, il n'y a aucune raison de se comparer, les chemins suivis son indépendants ". Je savais de quoi je parlais car je pensais à la relation avec ma sœur, et la vision de nos parents.
code by biscotte
[/color]

.........................................

   
a lil' tenderness


©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !




Work, always work !
potins : 1025
âge : 42 ans
statut civil : Happy hubby <3
quartier : Kingston Grove
profession : Agent du Swat
pseudonyme : Emilie
célébrité : Alex O'Loughlin
copyright : Tumblr Grasshopper James d'amour



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Dim 30 Déc - 14:18


Charlie venait de recevoir le message de sa mère et ça l'avait démoralisé. Elle savait à quel point il voulait avoir sa propre famille comme Donovan et lui dire qu'il n'était pas prêt pour la paternité ça le blessait. Son pauvre petit cœur fragile. Il était loin le McPreston plein d'arrogance. Mais en même temps, il se trouvait en face de sa voisine alors il ne pouvait pas tout dire, tout montrer. Il l'aimait beaucoup, mais ce n'était pas un sentiment réciproque. Elle avait toutefois beaucoup changé avec lui ce soir, c'était étrange et agréable. Plus étrange qu'agréable. Elle alla même jusqu'à tenter de lui remonter le moral. Elle n'avait pas la bonne technique pour ça, dans sa famille, il fallait un câlin, une preuve d'amour physique. Et c'était bien ce qu'il fallait parce que les McPreston avait des caractères assez explosifs. Il l'observait, sa bière à la main, elle essayait tant bien que mal de lui dire qu'il n'avait pas à se comparer à son frère. C'était mal le connaitre, car il était très jaloux de son frère. « Tu n'es plus obligée de rester. Comme tu le dis, ça ira mieux un jour. » Ce n'était pas qu'il la mettait à la porte, mais presque. Elle l'avait aidé et il lui avait promis de la laisser tranquille après coup. Il était temps. Temps qu'il lui foute la paix et qu'elle passe à autre chose. Fin surtout lui, parce qu'elle ne s'intéressait pas à lui. Il se pencha dans son petit bar à vin et en sortit une bouteille qu'il lui donna. « Tu as très bien joué, belle prestation. » Voyant qu'elle ne prenait pas la bouteille, il s'approcha d'elle, lui mit dans les mains et refit un pas, s'attendant à ce qu'elle recule. Non. Elle était fixée sur ses pieds et lui tenait tête. Surement parce qu'elle voulait savoir ce qu'il y avait sur le texto, s'assurer qu'il allait bien. Non, elle n'était pas comme ça avec lui, pas depuis qu'il la connaissait. Et le pire c'est qu'il n'arrivait pas à lire dans les yeux verts de la brunette, elle était à quelques centimètres de lui... Il aurait pu profiter de l'occasion pour arriver à ses fins, ce n'était pas l'envie qui manquait, mais sa tête était ailleurs, alors il l'abandonna là et repartit dans son coin de cuisine. Elle voulait l'histoire, il allait lui donner. « Elle repart au Texas. Pas de déjeuner demain ou d'anniversaire à Calaveras Lake pour moi parce que... Je sais même pas pourquoi je te raconte tout ça. Demain on sera revenu au point de départ ou toutes mes attentions t'énerveront et on s'engueulera à nouveau. Retourne chez toi. » De son regard, il la supplia d'y aller. Il avait besoin de se retrouver seul pour faire le point de la situation. Un peu comme après une intervention. Sauf que cette fois il était seul et que ça concernait sa vie privé. Celle qu'il n'avait pas. Il était encore sous le choc de ce que sa mère avait dit. Qu'il n'était pas prêt pour être père. Il avait presque envie de coller une fille en cloque pour lui prouver qu'il pourrait être un vrai bon père, mais rien que le début de l'idée prouvait le contraire, son immaturité envers les femmes et l'image de la famille. « Pourquoi tu veux rester ici aujourd'hui ? Le seul jour ou je veux être seul. » Le Charlie qui tambourinait à la porte de sa voisine il y a quelques heures était loin. Mais en voyant qu'elle ne partait pas, il baissa les bras. « Elle a tout compris d'elle même et elle est déçue que je lui ai menti. Elle m'a dit que je n'étais pas prêt à être père et elle n'a pas tort. Je suis pas Donovan... »

.........................................
Love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1817
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Dim 30 Déc - 18:43

Charlie & Charlie
J'avais toujours été agacée par les agissements de mon voisin. Nous étions différents sur tellement de niveaux ! Mais ce soir, les choses s'étaient avérées différentes. D'une demande imprévue je m'étais retrouvée quelque heures dans la peau d'une autre. ça avait été gérable quelques temps mais la soirée s'est terminée de travers. Avec des personnes au caractère aussi marqué, ce n'était pas étonnant. Dans la cuisine, je me trouvais pourtant comme immobile, habituellement je n'aurais pas été aussi attentive à ce que pouvais ressentir mon voisin. Qui plus est, j'avais toujours écarté ses avances multiples voyant bien son comportement avec la gente féminine et je n'étais pas du genre à être un nouveau trophée sur son tableau de chasse. Mais à cet instant précis, je ne pouvais quitter les lieux sachant qu'il était sans dessus-dessous. La relation qu'il avait tant avec sa mère que son frère n'était pas des plus parfaites et je venais d'assister à une petite partie de sa vie dont je n'aurais pas deviné l'existence si je n'avais pas été là. Je ne pouvais lui répondre quand il me complimenta sur la prestation et encore moins accepter l'excellent millésime qu'il me tendait. D'où le fait qu'il insista en me remettant la bouteille dans les mains. Je n'avais pas de choix que de l'accepter. Quand il fut quelques courts instants à quelques centimètres de moi, je compris qu'il tenait à être seul, ses paroles avaient été claires, mais je voulais au moins comprendre avant, afin de m'assurer que la situation n'était pas aussi tragique que je ne l'imaginais.
Lorsqu'il me révéla qu'il n'y aurait pas de déjeuner, pas de Noël en famille ici ni d'anniversaire au Texas, je fus sincèrement peinée pour lui. Et lorsqu'il était blessé sentimentalement parlant, comme je le voyais, il devenait aussi désagréable ou plutôt sec dans ses propos. C'était une réaction normale, une réaction humaine. Je ne pouvais me permettre de le contredire ou de lui répondre même si je l'avais souhaité. Mais sa dernière question réveilla en moi une envie de mettre les points sur les "i". Certes je pouvais être compatissante, compréhensive mais je ne méritais pas, après le service important que j'avais rendu, qu'il me parle sur ce ton. M'éloignant donc de quelques pas dans la cuisine je sortis subitement et un peu durement "Excuses-moi d'avoir accepté de t'aider".

Tournant les talons, je regagnais alors le seuil de la porte et m'apprêtais à quitter une bonne fois pour toute les lieux, avant de quitter la pièce dans laquelle je me trouvais, je me retournais alors une nouvelle fois en lui disant "Tu sais, j'avais presque de la peine pour toi, mais je vois clairement que tu t'efforces à tout compliquer et te mettre dans une position de victime alors que tu fais de tout une compétition. Ce n'est pas comme ça que tu seras heureux" C'est vrai que la compétitivité était quelque chose d'inhérent chez lui que j'avais pu constater à plusieurs reprises, que ce soit professionnel ou non, par exemple une fois de plus il terminait en baissant les bras par une comparaison avec son frère. Et c'est cet état d'esprit qui pouvait dans certaines occasions avoir un bon effet sur les gens mais dans d'autre les réduire à rien, à un sentiment de mal-être. En pensant à cela j'estimais qu'il ne se sentirais jamais réellement bien, et qu'il fallait qu'il vive pour lui et pas pour les autres. J'étais certes un peu directe dans mes paroles mais j'osais espérer qu'il comprenait le sens de ce que je lui disais car c'était une fois de plus pour l'aider, je voulais lui donner un électrochoc, le faire un peu réagir plutôt que de s'apitoyer sur son sort à cause de ce que les autres pensaient. Puis c'était une personne plutôt fière et je doutais qu'il fasse le 1er pas vers sa famille pour réparer ce qui s'était passé et pourtant j'étais persuadée qu'il fallait qu'il le fasse. Pas pour eux, pour lui. Je me dirigeai vers le hall et dit alors une dernière chose avant de rejoindre mon appartement " Vas rejoindre ta famille pour les fêtes, fais un pas vers elle et elle en fera en retour".
C'était le seul conseil que je pouvais lui donner, bien que ça semblait être presque un ordre. Pourquoi m'inquiétais-je soudainement de comment il allait ? ça ne me ressemblait pas, je crois que ce soir, je n'avais simplement pas été moi mais une autre.
.
code by biscotte
[/color]

.........................................

   
a lil' tenderness


©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !




Work, always work !
potins : 1025
âge : 42 ans
statut civil : Happy hubby <3
quartier : Kingston Grove
profession : Agent du Swat
pseudonyme : Emilie
célébrité : Alex O'Loughlin
copyright : Tumblr Grasshopper James d'amour



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Lun 31 Déc - 22:57


Charlie était venue l'aider dans la catastrophe, mais la stratégie n'avait pas fonctionné et maintenant il devait gérer les contre coups. Il était triste et n'arrivait pas à gérer ses émotions. Il peinait à comprendre ce qui lui arrivait, les mots de sa mère, la colère de sa voisine contre lui. Mais elle avait de bonnes raisons, et aussi de très bons arguments, seulement tout cela allait à l'encontre des principes de McPreston fils. Il ne voulait pas s'excuser, ni parler à sa famille pour le moment, parce que même s'il les aimait, il se sentait blessé. Personne ne devait le voir comme ça. Pourtant la brunette était devant lui et elle pouvait le voir complètement dépité par la situation. « Tu ne peux pas comprendre. Tu es la fille rêvée pour tous les parents. Tu es magnifique, une carrière impressionnante. Le jour ou tu décideras que tu veux quelqu'un, tu le trouveras en quelques jours. Je tuerai pour t'avoir toi. Une fille comme toi. » L’hawaïen se mélangeait un peu les pinceaux. Il ne tentait pas de lui dire qu'elle lui plaisait parce que de toutes façons il savait que ça ne fonctionnerait pas. C'était juste sa maladresse, son côté sensible. « Quand Donovan a eu son premier, on s'est dit qu'on aurait son deuxième et mon premier en même temps. Ça me laissait le temps de trouver une compagne et d'évoquer le sujet. C'était il y a plus de quinze ans. Et j'ai toujours ce rêve stupide d'avoir une petite fille. Sauf que dans deux ans il sera trop tard pour moi. Après quarante ans, c'est con de faire des enfants, les voir à peine grandir... » A l'entendre parler, quarante ans et c'était le début de la fin. Il le pensait. Peut de gens dans les Swat passaient la cinquantaine, soit mort en service, soit juste dépressif et seul à la retraite. Il n'en était pas loin. Combien de fois avait il faillit mourir cette année ? Sept, huit fois... Sa mère pensait peut être que s'il devenait père et mari il arrêterait son travail. Pour un truc plus sur. Pour quelque chose de tout différent ? Il n'en savait rien, mais il redescendit sur terre et posa une main sur la joue de la brunette face à lui. Il la caressa du bout des doigts avant de l'attirer dans un câlin plein d'émotions. Il finit par la lâcher tout simplement. « Merci d'être venu m'aider. »

.........................................
Love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


potins : 1817
âge : 36 ans
statut civil : Mariée depuis le 6 Aout 2016 !
quartier : Kingston Grove
profession : Lieutenant de Police (Crim')
pseudonyme : Porcupine.
célébrité : Stana Katic
double compte : Non
copyright : stanakaticland. stanakaticbrasil. castlelounge. stana-katicfans. stana-for-always. drstanakatic. for-lovers-only. alwayswiththecoffee. katicisms. castlelover47. stanacatik. motley control. Phantasmagoria. RIDDLE. stanakaticdaily. eileen-kath-madley. Hotmess



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Ven 4 Jan - 1:32

Charlie & Charlie
Alors que je franchissais tout juste le seuil de sa porte d'entrée, ses paroles me retinrent. Je m'arrêtais me tournant de nouveau alors qu'il me lançait aisément que je ne pouvais comprendre. Partie pour lui annoncer qu'au contraire, n'étant pas fille unique je savais exactement ce que c'était que la relation fraternelle, je ne pu me prononcer par ses paroles qui se suivirent rapidement. Ce soir il me faisait passer par diverses émotions et lui aussi semblait en traverser une large palette. Je restais bouche bée, un peu étonnée par l'amas de compliments qu'il m'avouait de vive voix. Bien sûr que les tensions entre nous s'étaient établies d'office dès notre rencontre au boulot, c'était inné mais McPreston avait gardé cette habitude de me charrier, m'ennuyer comme un jeu pour me chercher et parfois il me trouvait. Cependant les règles n'avaient pas de limite. A ce genre de chose j'étais rodée mais je n'étais certainement pas habituée au type de révélations qu'il venait de me faire. D'où le fait que je restais encore muette, hochant un peu la tête afin de montrer qu'il se faisait des illusions. On ne peut-être l'enfant "rêvé". Personne n'est parfait c'est bien connu. Certes je n'avais pas forcément fait les 400 coups dans ma jeunesse mais j'avais bien à de multiples reprises enfreint l'autorité parentale, avec ma sœur. Nous avions vécu d'incroyables moments de complicité lors de certaines choses faites dans le dos des parents, s'ils le savaient... j'avais donc envie de sortir à McPreston que je savais ce que c'était que de ne pas être enfant unique. Mais au fur et à mesure qu'il parlait, il s'avançait progressivement, lentement vers moi ce qui absorbait mon attention. Je l'écoutais donc, silencieuse. Je fus touchée d'une certaine façon, d'apprendre qu'il voulait être père, qu'il prenait ça très au sérieux. Je ne sais pas pourquoi mais il avait tellement de conviction en me déclarant cela, je le lisais dans le fond de son regard, le comprenait à l'intonation de sa voix. Une nouvelle fois ça me replongea dans le passé, dans ce qu'il devait être et aurait pu être... ce que j'avais changé. Pour ma part, j'avais manqué de conviction, de courage, mais je continuais aujourd'hui encore à me persuader que je n'avais pas été égoïste...c'était dur de me convaincre et je pensais à sa remarque sur le temps qui passe. Plongée dans mes pensées, j'avais à peine réalisée qu'il s'était encore plus avancé face à moi et au moment où je sentis sa main effleurer ma joue, j'eus une sensation bizarre. Pour une fois je ne le rembarrais pas, une claque ne se perdait pas sur sa joue... mais je n'étais pas à l'aise me sentit toute chose lorsqu'il m'étreignit pour finalement me remercier. Au départ j'avoue que je n'osais le serrer en retour dans mes bras mais répondit à son étreinte de façon brève avant de me détacher de lui et reprenant sur un ton un peu moins mélo-dramatique " ..De rien... je l'ai surtout fait pour la récompense comme je savais que tu appréciais le bon vin... Esquissant un sourire je levais légèrement ma main tenant la bouteille. Je n'étais pas sérieuse bien sûr, ça n'avait évidemment pas été la raison de mon "engagement" dans ce jeu. " Par contre, c'est Mme. McPreston qui doit me détester pour ce qu'on a fait... tu vois que je ne suis pas la fille rêvée, il y a déjà une mère qui doit-être soulagée de ne pas m'avoir eue . Je prenais cela sur le ton de la rigolade afin d'alléger la situation, de faire sourire un peu McPreston qui était pris dans une vague de sentiments l'affectant. Lui offrant un léger sourire en coin, je m'éloignais de nouveau pour traverser le couloir de quelques pas pour parvenir au seuil de la porte de mon appartement. Juste avant d'insérer la clef dans la serrure, je dis alors à mon voisin qui se trouvait toujours là " Oh fait, tu ne devrais pas dire ça. Que ce soit dans deux ans, même dans cinq ans tu as encore du temps devant toi crois-moi. Ne te limites pas à cette considération au risque de précipiter les choses. Puis une fois qu'on est avec la bonne personne, l'âge n'est plus la première préoccupation ". C'est vrai qu'il fallait insister sur le fait d'être avec la "bonne personne" car vu le train de vie sentimental du SWAT, il valait mieux changer cela en premier lieu car ce n'était pas ce qui le mettrait sur la bonne voie pour réaliser son souhait. C'était juste un conseil que je lui donnais sans raison apparente.
code by biscotte
[/color]

.........................................

   
a lil' tenderness


©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !




Work, always work !
potins : 1025
âge : 42 ans
statut civil : Happy hubby <3
quartier : Kingston Grove
profession : Agent du Swat
pseudonyme : Emilie
célébrité : Alex O'Loughlin
copyright : Tumblr Grasshopper James d'amour



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   Dim 6 Jan - 14:57


Charlie, la voie de la raison. La jeune femme venait de parler et il l'avait écouté en la regardant avec des grands yeux ouverts sur elle. Elle avait quelque chose de spécial... Quelque chose qui le faisait craquer, et c'était bien plus que le physique. Il s'approcha d'elle et la prit contre lui. Ce n'était que histoire de quelques secondes, mais ça le toucha qu'elle ne le repousse pas violemment. Il la laissa alors s'écarter de lui avec un petit sourire sur le visage. Elle 'arrêterait jamais de le surprendre. « Elle ne te déteste pas. Elle sait que c'est moi. Je l’appellerai demain et je m'excuserai. » Dit il suite à sa réflexion sur la mama McPreston. Du moins il l'espérait. La brunette en face de lui serait peut être un jour à ses côtés pour une réunion de famille. Espoir pour l'année 2013 ? Oui, c'était sur. En espérant que tout se passe mieux que les espoirs pour 2012. La jolie jeune femme traversa le hall qui séparait leurs appartements et reprit le sujet à propos des enfants, de la paternité. Elle n'avait pas tort dans l'absolu, mais ce n'était pas le point de vue de l'agent du Swat et pour ce soir, il ne voulait plus en parler. Il s'abstint de répondre et lui fit un petit signe de main. « Merci... Bonne nuit. » Charlie resta sur le pas de sa porte jusqu'à ce que sa voisine ai fermé à clef la sienne. Puis il rentra dans son appartement vide. C'était un peu triste, mais lorsque Miss Harper vint dans ses jambes, il retrouva le sourire. Il abandonna l'idée de ranger - et pourtant il détestait lorsque c'était trop en bordel - et partit s'allonger sur son lit. Il n'avait rien à faire à part regarder le plafond en caressant la boule de poile ronronnante. Le grand brun avait pas mal à penser pour ce soir, car entre sa mère et ce qu'il venait de se passer avec sa voisine... Un côté le tirait vers le bas, l'autre vers le haut. C'était juste étonnant qu'il ne soit pas entrain de boire. Non, il souriait bêtement en pensant au positif de sa soirée. Sa mère avait rencontré Charlie, l'avait apprécié dans un premier temps, puis il avait pu montrer une nouvelle facette à la brunette qui le détestait tant. Elle avait accepté de l'aider... La semaine prochaine, elle aurait le droit à beaucoup plus qu'une bouteille de vin. Peut être une caisse, ou autre chose...

.........................................
Love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



HERE YOU ARE SPEAKING TO
Contenu sponsorisé
YOU MAY STAY REVERENT !



MessageSujet: Re: [2612] ϟ CHARLIE « I need you »   

Revenir en haut Aller en bas
 

[2612] ϟ CHARLIE « I need you »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [2612] ϟ CHARLIE « I need you »
» CHARLIE X)
» Charlie-Swan (pas fini!!!)
» Charlie la licorne
» Nothing Against Me ▴▾▴ Charlie & Callen
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You're About Forty :: 
Bienvenue sur YAF
 :: La dépêche de YAF :: Récupération
-